SCANDALE

Trio féminin pour film féministe

Charlize Theron, Nicole Kidman, Margot Robbie (de gauche à droite): trio de choc féminin pour ce film féministe (©Metropolitan Films).
Charlize Theron, Nicole Kidman, Margot Robbie (de gauche à droite): trio de choc féminin pour ce film féministe (©Metropolitan Films).

 

Quelques mois avant l'affaire Weinstein, il y eut l'affaire Fox News. En juillet 2016, le fondateur et président de la chaîne américaine d'information, Roger Ailes, a été contraint à la démission, 10 jours après une plainte pour harcèlement sexuel déposée par l'une des vedettes de la chaîne. Ce sont ces faits réels que raconte le film SCANDALE, avec trois actrices en tête d'affiche: Nicole Kidman, Charlize Theron et Margot Robbie.

Le titre original du film est Bombshell, qu'on peut traduire par "bombe", "obus" ou, au sens figuré, par "choc", "grosse surprise". L'affaire fit en effet grand bruit aux États-Unis, même si elle passa plus inaperçue en France. Elle est survenue en pleine campagne pour l'élection présidentielle qui se solda par l'élection de Donald Trump.

C’est Gretchen Carlson (Nicole Kidman), Miss America 1989, co-animatrice de l’influente émission matinale Fox & Friends, qui met le feu aux poudres début juillet 2016. Peu après avoir été congédiée, elle attaque Roger Ailes en justice, l'accusant de l'avoir virée parce qu'elle refusait ses avances sexuelles. Mais c'est Megyn Kelly (Charlize Theron), animatrice de l’émission d’information du soir The Kelly File et étoile montante de la chaîne, qui donnera le coup de grâce.

Pendant tout le film, la tension monte au sein de la rédaction de Fox News et l'on attend quelle sera la décision de cette journaliste vedette, qui par ailleurs subit la misogynie et les attaques sexistes du candidat Donald Trump lors d'interviews télévisées et sur Twitter pendant la campagne électorale.

Parallèlement, on suit les aventures d'une troisième journaliste (fictive, celle-là), Kayla Pospisil (Margot Robbie), jeune présentatrice météo de Floride, nouvelle venue et dévouée à la chaîne, pleine d'ambition et prête à tout pour imiter ses idoles Gretchen Carlson et Megyn Kelly et grimper quatre à quatre les échelons…

Roger Ailes (interprété par John Lithgow), décédé en 2017 à l'âge de 77 ans, ancien conseiller de Richard Nixon, Ronald Reagan et George Bush père, a finalement été accusé de harcèlement sexuel par 23 femmes. Il a bénéficié d'une prime de départ de 40 millions de dollars de la part de Fox News quand il a démissionné.

Fox News, chaîne ouvertement conservatrice et proche des Républicains, fait partie de l'empire de médias du milliardaire australo-américain Rupert Murdoch, dont le personnage apparaît en fin de film sous les traits de Malcolm McDowell. Bien sûr le film n'a pas été produit par la 20th Century Fox, propriété du groupe Murdoch jusqu'à son rachat par Walt Disney l'an dernier, mais par les studios Lionsgate, qui ont produit notamment LA LA LAND et les sagas TWILIGHT, HUNGER GAMES et JOHN WICK.

Le film a été réalisé par Jay Roach, qui s'était spécialisé dans les comédies loufoques au début de sa carrière (les trois AUSTIN POWERS avec Mike Myers, les deux MON BEAU-PÈRE ET MOI avec Robert De Niro et Ben Stiller) et qui fait désormais des films plus politiques: MOI, DÉPUTÉ en 2012 (toujours sur le ton de la comédie) et DALTON TRUMBO en 2015 (plus sérieux, histoire vraie d'un scénariste hollywoodien à succès de la fin des années 40 interdit d'exercer son métier car accusé d'être sympathisant communiste).

Pour ce SCANDALE bien dans l'air du temps, sarcastique et efficace, très documenté et très réaliste (certains détails échapperont aux spectateurs non-américains), il bénéficie d'un casting trois étoiles. Il y a une Nicole Kidman sobre et forte et une Charlize Theron à la transformation physique étonnante, avec prothèses et trois heures de maquillage par jour pour devenir le quasi sosie de Megyn Kelly (voir ici les photos comparées de l'actrice et de son personnage réel), dont elle est loin de partager les opinions politiques mais dont elle salue le courage: "Quand vous êtes sensible à la force d’un message, même s’il est porté par quelqu’un que vous n’approuvez pas, voire qui vous met carrément en colère, alors c’est que ce message compte réellement, qu’il a une immense importance", dit-elle, coproductrice du film.

Et il y a aussi une Margot Robbie qui est l'une des étoiles montantes d'Hollywood et mène un début de carrière intelligent (elle interprétait Sharon Tate dans le récent ONCE UPON A TIME… IN HOLLYWOOD de Quentin Tarantino). C'est elle qui a la scène la plus forte du film: elle est reçue en tête à tête par Roger Ailes dans son bureau qui, pour voir si elle est télégénique, lui demande de se lever, de tourner sur elle-même, et de montrer ses jambes en relevant sa jupe –plus haut, encore plus haut, toujours plus haut…

Jean-Michel Comte

 

LA PHRASE

"On se taille une place en taillant des pipes" (attribué à Roger Ailes).

 

SCANDALE

("Bombshell") (États-Unis, 1h54)

Réalisation: Jay Roach

Avec Charlize Theron, Nicole Kidman, Margot Robbie

(Sortie le 22 janvier 2020)


Lire cet article et d'autres papiers cinéma, ainsi que toute l'actualité en temps réel, sur FranceSoir.fr