LE FILM DE LA SEMAINE


LES ENFANTS DES AUTRES

Virginie Efira et Roschdy Zem, couple idéal

Rachel (Virginie Efira) aime la fille de son compagnon, la petite Leila (Callie Ferreira-Gonçalves), comme si c'était sa propre fille, ou presque (©George Lechaptois/Les films Velvet/Ad Vitam Distribution).
Rachel (Virginie Efira) aime la fille de son compagnon, la petite Leila (Callie Ferreira-Gonçalves), comme si c'était sa propre fille, ou presque (©George Lechaptois/Les films Velvet/Ad Vitam Distribution).

Bon alors, ce César pour Virginie Efira, c'est pour quand? La question se pose à chacune des nombreuses apparitions de l'actrice franco-belge ces dernières années. Et plus que jamais dans ses deux derniers films, REVOIR PARIS, actuellement à l'affiche, et LES ENFANTS DES AUTRES, qui sort ce mercredi 21 septembre, un film délicat et sensible dans lequel elle forme un couple idéal avec Roschdy Zem.

Cours de guitare

Elle y interprète Rachel, 40 ans, qui prend à cœur son métier de prof de français dans un lycée, qui aime sa vie, qui est restée en bons termes avec son ex dont elle est séparée depuis huit ans, qui a des amis fidèles, et qui prend des cours de guitare. C'est dans ces cours qu'elle fait la connaissance d'Ali (Roschdy Zem), designer dans l'automobile et père divorcé d'une petite fille de 4 ans, Leila.

Entre eux c'est l'amour et la passion, douce et tendre, le couple est équilibré et chacun se sent bien avec l'autre. Rachel fait la connaissance de Leila (Callie Ferreira-Gonçalves), tout se passe bien, même la rencontre avec la mère de la fillette, Alice (Chiara Mastroianni, superbe de sobriété), qui ne lui en veut pas de l'avoir remplacée auprès d'Ali.

Comme sa propre fille

Rachel apprend à vivre avec cette petite Leila qui, elle aussi, accepte sa présence. Elle s'occupe d'elle, va la chercher au judo, l'embrasse, la soigne et la borde le soir, sort et s'amuse avec elle, l'appelle "mon cœur" comme si c'était sa propre fille.

Elle est heureuse, au point de songer à devenir mère elle aussi. Elle se sent prête, enfin. Mais tic-tac, tic-tac, fait l'horloge biologique, son gynécologue lui conseille de ne pas trop tarder –et de ne pas se contenter d'aimer les enfants des autres…

Belle-mère

Le rôle de la belle-mère (la remplaçante de la mère pour les enfants dont les parents sont séparés) n'est pas souvent évoqué au cinéma, c'est ce qui a intéressé la réalisatrice Rebecca Zlotowski, dont c'est le cinquième film, après BELLE ÉPINE (2010), GRAND CENTRAL (2013), PLANETARIUM (2016) et UNE FILLE FACILE (2019) où elle avait offert son premier rôle à l'ex-call girl Zahia Dehar. 

LES ENFANTS DES AUTRES est le plus personnel de la réalisatrice, 42 ans, il est en partie autobiographique (son propre père, Michel Zlotowski, y interprète le père de Rachel). Elle-même, dit-elle, s'est retrouvée dans cette situation, "celle d’une femme de 40 ans sans enfants qui en désire un et élève en partie ceux d’un autre, ceux d’une autre": elle est la compagne d'un réalisateur qui a eu trois enfants d'un précédent mariage.

Enceinte pendant le tournage

Et, ajoute-t-elle, "par une ironie du sort, alors que je ne l’espérais plus, j’ai découvert en préparation que j’étais enceinte et j’ai tourné ce film en attendant un enfant qui est né quelques jours après la fin du mixage. J’ai eu la sensation de filmer cette lettre d’amour, de solidarité aux femmes sans enfant –des nullipares, comme disent les médecins– tout en n’appartenant déjà plus tout à fait à leur communauté, sans appartenir encore à l’autre".

Virginie Efira, 45 ans, sait aussi de quoi on parle. De 2000 à 2005 elle a été en couple avec le producteur Patrick Ridremont, déjà père de trois enfants, et a eu en 2013 une fille, née de sa relation avec le réalisateur Mabrouk El Mechri. Aujourd'hui elle est en couple avec Niels Schneider, depuis leur rencontre sur le tournage du film Un amour impossible de Catherine Corsini, en 2017.

Justesse de ton

Comme souvent elle porte ce film avec une justesse de jeu qui correspond à la justesse de ton de la réalisation, mais Roschdy Zem lui aussi est remarquable, sensible, intime et émouvant comme on l'a rarement vu au cours de sa carrière déjà riche, dans laquelle il a obtenu le César du meilleur acteur en 2020 pour ROUBAIX, UNE LUMIÈRE d'Arnaud Desplechin.

On peut réussir sa vie sans être mère, c'est le message de la réalisatrice. "Ce film, c'est aussi une lettre d'amour aux femmes qui n'ont pas d'enfant et dont j'ai fait partie jusqu'à mes 41 ans", a-t-elle confié dans une récente interview à Madame Figaro. LES ENFANTS DES AUTRES, c'est aussi l'adolescent d'une famille modeste que soutient jusqu'au bout Rachel dans le film, c'est aussi le bébé de sa petite sœur dont la naissance la bouleverse de joie.

Simplicité et sensibilité

Le film séduit par sa simplicité et sa sensibilité, avec des scènes de la vie quotidienne parfois banales mais qui dressent un émouvant portrait de femme amoureuse, une atmosphère qui flirte parfois avec le mélo, une belle description d'un joli couple avec ses regards, ses silences, ses bouts de dialogues, ses scènes d'amour.

Par rapport à ses précédents films, la réalisatrice dit avoir voulu "faire triompher une autre grille d’émotions: l’amitié entre hommes et femmes, la tendresse entre femmes, le dépit davantage que la trahison, la mélancolie des rendez-vous ratés avec l’existence, mais aussi l’excitation des rendez-vous réussis avec le désir, l’érotisme, la joie consolatrice". C'est réussi, LES ENFANTS DES AUTRES, présenté récemment à la Mostra de Venise, est son meilleur film, avec une jolie fin mélancolique, et une dernière image sur le visage de Virginie Efira, en gros plan. Alors, ce César, c'est pour quand?

Jean-Michel Comte

 

LA PHRASE

"La vie est courte et longue" (Virginie Efira, à son gynécologue).

 

Les Enfants des autres

(France, 1h43)

Réalisation: Rebecca Zlotowski

Avec Virginie Efira, Roschdy Zem, Chiara Mastroianni

(Sortie le 21 septembre 2022)


Retrouvez cet article, ainsi que l'ensemble de l'actualité culturelle (musique, théâtre, festivals, littérature, évasion)

sur le site

We Culte!, Le Mag'Culture