LE FILM DE LA SEMAINE


CRUELLA

D'enfer

Mi-brune, mi-blonde, Estella est aussi Cruella, interprétée par Emma Stone (©Walt Disney).
Mi-brune, mi-blonde, Estella est aussi Cruella, interprétée par Emma Stone (©Walt Disney).

Cruella, la méchante du dessin animé de Walt Disney LES 101 DALMATIENS, qui veut se faire un manteau avec la fourrure des chiots blancs tachetés de noir, n'en finit pas de faire fantasmer. Nouvel exemple avec l'histoire de sa vie –de sa jeunesse à ses années maléfiques–, avec le très brillant et très réussi film CRUELLA, dans lequel Emma Stone joue le rôle principal.

Avant d'être Cruella d'Enfer, elle était Estella, une petite fille aux cheveux moitié noirs moitié blonds, originale et un peu marginale, moquée à l'école mais soutenue par sa maman. Un jour, toutes les deux partent pour Londres mais, sur leur chemin, un soir, dans un manoir chic lors d'un défilé de mode, trois dalmatiens féroces sont responsables de la mort de la maman, tombée du haut d'une falaise.

Chic, snob et désagréable

La soirée était organisée par la Baronne von Hellman (Emma Thompson), une grande figure de la mode, terriblement chic, horriblement snob et incroyablement désagréable. Estella va, plusieurs années plus tard, croiser à nouveau sa route. Car, devenue adulte, la jeune orpheline a rencontré à Londres deux gentils voleurs et a commencé à s'intéresser à la mode.

Menant avec ses deux copains une vie de délinquance et de petites arnaques, elle utilise son imagination et son grand talent de couturière pour créer des déguisements aussi brillants que variés. Et, alors qu'elle a obtenu un petit boulot aux grands magasins Liberty, un concours de circonstances lui fait rencontrer à nouveau la Baronne.

Désir de vengeance

Celle-ci, séduite par son talent créatif, l'engage comme styliste. Mais, lorsque Estella voit au cou de la Baronne un collier qui appartenait à sa mère, elle comprend que la mort de celle-ci n'était peut-être pas un accident. Un désir de vengeance monte alors en Estella qui, avec l'aide de ses deux copains, va se transformer en Cruella…

Les méchants, chez Disney, ont toujours été formidables. C'est le cas de Cruella, dans le dessin animé de 1961, dont une adaptation en prises réelles avec de vrais acteurs a été tournée en 1996, avec Glenn Close dans le personnage principal, suivie en 2000 des 102 Dalmatiens (avec Gérard Depardieu dans le rôle d'un couturier français amateur de fourrure…). Même chose, entre autres, avec la vilaine fée de LA BELLE AU BOIS DORMANT: Angelina Jolie a incarné à l'écran le personnage réel dans les deux films MALÉFIQUE, en 2014 et en 2019.

Tubes des années 70

Ici, dans CRUELLA, l'action se situe dans le Londres des années 70, en plein mouvement punk rock qui va très bien avec le look de la jeune Estella/Cruella. Parsemé de nombreux extraits de tubes de l'époque (Supertramp, Bee Gees, The Doors, Nina Simone, Ike and Tina Turner, Electric Light Orchestra, Queen, Blondie, The Clash), le film est brillant et remarquablement réalisé, avec un rythme soutenu, un humour léger et sophistiqué, des dialogues ciselés (mention spéciale à Emma Thompson), de l'action (un cambriolage façon MISSION: IMPOSSIBLE, des poursuites automobiles façon JAMES BOND), du suspense (une tentative d'assassinat par incendie), des rebondissements dans l'histoire (à trois quarts d'heure de la fin –mais chut!, on ne vous dira rien…).

Le réalisateur est Craig Gillespie, dont le dernier film, Moi, Tonya (2017), sous la forme d'un faux documentaire, relatait l'histoire vraie de l'affaire Harding-Kerrigan qui a opposé deux patineuses artistiques américaines en 1994.

Les deux Emma

Son principal atout dans CRUELLA, outre un scénario rondement mené –et une fin très réussie–, est l'affrontement entre les deux Emma, dans les rôles de la Baronne et de Cruella. Car celle-ci, réputée méchante de l'histoire, trouve plus méchante qu'elle dans le personnage de la Baronne.  

Et finalement cette dernière, incarnée par Emma Thompson, 62 ans, avec ses siestes flash de 9 minutes et deux rondelles de concombre sur les deux yeux, ses chignons grimpants et ses turbans sophistiqués, ses robes-fourreaux, vole la vedette à Emma Stone, 32 ans, chevelure rousse foncée pour cacher son noir-et-blond, lunettes papillon en écailles, robes et lèvres rouges, sorte de Joker au féminin gouailleuse et revancharde.

Deux facettes d'un même personnage

Emma Stone –vedette récemment des chefs d'oeuvre LA LA LAND et BIRDMAN– s'est délectée à jouer les deux facettes d’un même personnage: "Quelle part de Cruella existe en Estella, et vice versa? Il est intéressant de se demander si Cruella fait partie d’Estella depuis toujours, ou si ce sont les événements tragiques de sa vie qui la façonnent peu à peu. Au fond, l’histoire dit que chaque être humain recèle tout en lui, que nous pouvons accéder au bien comme au mal, mais que les événements qui nous arrivent peuvent faire ressortir l’un ou l’autre".

Chiens

Et les dalmatiens dans tout cela? Ils sont trois, plutôt méchants car au service de la Baronne ("Oui, ils sont beaux, mes molosses. Beaux et féroces, deux atouts qui font bon ménage", dit-elle), et enlevés par Cruella à un moment crucial de l'histoire. Mais ils ne sont pas les seuls chiens de l'histoire: Bandit, l'adorable petit bâtard d'Estella, et Clin d'œil, le chihuahua borgne de ses deux copains voleurs, ont leur part dans le scénario.

Un dernier conseil aux spectateurs de ce film agréable et splendidement mené: il ne faut pas quitter la salle dès le début du générique de fin, car celui-ci, au bout de quelques minutes, réserve une petite surprise rigolote, spécialement imaginée par les studios Disney…

Jean-Michel Comte

 

LA PHRASE

"Ce qu'il y a de bien chez les méchants, c'est qu'on peut toujours compter sur eux pour faire, disons, le mal" (Emma Stone)

 

Cruella

(États-Unis, 2h14)

Réalisation: Craig Gillespie

Avec Emma Stone, Emma Thompson, Mark Strong

(Sortie le 23 juin 2021)