LE FILM DE LA SEMAINE


HEROICO

Full Metal Jacket à la mexicaine

Pour Luis (Santiago Sandoval Carbajal, au premier rang) et les nouvelles recrues, l'entraînement au collège militaire est intensif (©Paname Distribution).
Pour Luis (Santiago Sandoval Carbajal, au premier rang) et les nouvelles recrues, l'entraînement au collège militaire est intensif (©Paname Distribution).

Bienvenue dans l'armée mexicaine! Le film HEROICO (ce mercredi 22 mai sur les écrans) raconte le bizutage et l'apprentissage violent d'une jeune recrue de la plus prestigieuse école militaire du Mexique, une fiction dure et éprouvante basée sur des témoignages réels.

Luis (Santiago Sandoval Carbajal), 18 ans, entre au "Collège militaire héroïque" (c'est son nom officiel) chargé de former, en quatre ans, les futurs officiers de l'armée. Fils d'un militaire qui a quitté le foyer, il ne s'engage pas de gaité de cœur mais pour l'argent: c'est le seul moyen de payer les médicaments, les traitements et la mutuelle de sa mère, qui souffre de diabète.

Bizutage

Comme les autres recrues, il va vite être victime de brimades, sévices, humiliations diverses de ses supérieurs mais surtout des autres cadets plus anciens, qui surnomment "poulains" les nouveaux venus. Cantine, dortoirs, douches, piscine, champ de tir, camp d'entraînement, forêt alentour: chaque lieu est prétexte à bizutage.

Luis endure tant bien que mal cet apprentissage difficile, mais un de ses formateurs, agressif et malsain, le sergent Sierra (Fernando Cuautle), le prend sous son aile. Au premier week-end de permission, celui-ci et trois autres cadets l'emmènent en voiture pour "faire le boulot", une mission un peu spéciale en dehors du camp, en lui disant: "Les ordres viennent d'en haut, ne t'en fais pas"…

Un film dur

HEROICO est un film dur, réaliste, qui met mal à l'aise, décrivant le conditionnement et la déshumanisation progressive des recrues militaires pour en faire des soldats aguerris –ce qui n'est pas sans rappeler la première partie de FULL METAL JACKET de Stanley Kubrick (1987).

Lors de sa sortie au Mexique, le film n'a pas vraiment été du goût des autorités et le distributeur en a fait la promotion avec le slogan "Le film qui dérange le gouvernement mexicain". Mais dans cette polémique le film a attiré beaucoup de spectateurs car le "Collège militaire héroïque" existe vraiment et "le scénario est basé sur des histoires réelles d’anciens cadets qui m’ont fait confiance et m’ont partagé leurs expériences", explique le réalisateur, David Zonana, 35 ans, dont c'est le deuxième film.

Acteurs non-professionnels

Pour raconter cette histoire, il a fait jouer essentiellement des acteurs non-professionnels, eux aussi liés à des faits réels: "Le personnage principal ainsi que la plupart des acteurs sont d’anciens cadets ayant été enrôlés dans l’armée à un moment donné de leur vie. À mon sens, cela confère au film une authenticité nécessaire".

Au-delà de son discours anti-militariste, le film décrit les inégalités sociales de la société mexicaine, les exactions de groupuscules paramilitaires liés aux narcotrafiquants ou aux milieux politiques et, plus globalement, la violence de ce pays. "HEROICO est un film qui explore la relation étroite entre l’identité mexicaine et la normalisation de la violence, ainsi que les catalyseurs sociaux et économiques qui réunissent les ingrédients nécessaires à son maintien", selon son réalisateur, qui fait dire au sergent Sierra, en début de film, à propos des méthodes d'apprentissage musclées appliquées aux recrues: "C'est pour le bien du Mexique".

Jean-Michel Comte

 

LA PHRASE

"On va faire de vous de vrais salauds. Des fils de pute" (le sergent Sierra, en accueillant les nouvelles recrues).

 

Heroico

(Mexique, 1h28)

Réalisation: David Zonana

Avec Santiago Sandoval Carbajal, Monica Del Carmen, Fernando Cuautle

(Sortie le 22 mai 2024)


Retrouvez cet article, ainsi que l'ensemble de l'actualité culturelle (musique, théâtre, festivals, littérature, évasion)

sur le site

We Culte!, Le Mag'Culture