OH LUCY!

Insolite escapade japonaise en Californie 

Setsuko alias Lucy (Shinobu Terajima, à droite) et sa soeur Ayako (Kaho Minami) débarquent en Amérique (©Nour Films).
Setsuko alias Lucy (Shinobu Terajima, à droite) et sa soeur Ayako (Kaho Minami) débarquent en Amérique (©Nour Films).

Une friandise japonaise à la sauce californienne (ou l'inverse): deux quadragénaires nippones s'offrent une virée de l'autre côte du Pacifique dans le film OH LUCY!, comédie douce-amère.

Setsuko (Shinobu Terajima) mène une vie solitaire et sans saveur à Tokyo entre son travail et son appartement, jusqu’à ce que sa nièce Mika (Shioli Kutsuna) la persuade de prendre sa place à des cours d’anglais payés d'avance. Elle y va et se retrouve dans une petite cabine genre karaoké, accueillie par un jeune Américain (Josh Hartnett) qui lui donne le surnom de Lucy, l'affuble d'une perruque blonde et lui met une balle de ping-pong orange dans la bouche pour qu'elle prononce correctement "Hi" (c'est l'affiche du film).

Cette expérience singulière agit comme un électrochoc sur Setsuko qui, après quelques séances, tombe amoureuse de son professeur. Mais celui-ci disparaît et retourne en Californie –avec Mika. Alors, quand celle-ci envoie à sa tante une carte postale de Los Angeles avec l'adresse de John, Setsuko prend des vacances et décide de partir à leur recherche.

Elle prévient sa soeur Ayako (Kaho Minami), la mère de Mika, qui décide de l'accompagner. La virée menace de tourner au règlement de comptes entre les deux sœurs (jadis Ayako a piqué le fiancé de Setsuko pour l'épouser), mais leurs aventures ne font que commencer quand elles débarquent chez John et constatent que Mika n'est plus là...

On s'attache au personnage de Setsuko/Lucy qui, par ces cours d'anglais puis par ce voyage, se fait violence pour s'ouvrir aux autres, s'exprimer, sortir de sa solitude. "En tant que conteuse, je suis attirée par les plus silencieux, parce qu’ils sont ceux qui ont le plus à dire. J’aime imaginer ce qu’ils feraient s’ils avaient la possibilité de prendre la parole", explique la réalisatrice, Atsuko Hirayanagi, 41 ans, dont c'est le premier film.

Elle s'est servie de ses souvenirs pour écrire le scénario: "Quand je suis partie aux Etats-Unis à l’âge de 17 ans dans le cadre d’un échange universitaire, je me suis moi-même transformée en une personne silencieuse. Je ne parlais pas bien anglais et j’ai immédiatement été perçue comme une +fille asiatique tranquille+. Il y avait la façade que les gens voyaient, et puis il y avait le vrai moi qui voulait s’exprimer. Ces deux facettes étaient en lutte constante pour n’être qu’une".

Elle a insufflé du rythme, une joie de jouer des acteurs et beaucoup d'humour mais aussi des moments d'émotion dans cette virée californienne des deux sœurs japonaises riche d'imprévus, tout en décrivant avec justesse la vie quotidienne de gens ordinaires à la fois à Tokyo et en Californie. Et elle a su rendre touchante cette Setsuko/Lucy, à la recherche d'un peu d'amour et d'amitié, admirablement interprétée par Shinobu Terajima, actrice célèbre au Japon mais peu connue hors de son pays malgré un Prix d'interprétation au Festival de Berlin en 2010.

Jean-Michel Comte

 

LA PHRASE

"Je suis tombée amoureuse d'un homme que je ne peux pas avoir" (chanson de karaoké).

 

OH LUCY!

(Japon, 1h35)

Réalisation: Atsuko Hirayanagi

Avec Shinobu Terajima, Josh Hartnett, Kaho Minami

(Sortie le 31 janvier 2018)


Lire cet article et d'autres papiers cinéma, ainsi que toute l'actualité en temps réel, sur FranceSoir.fr