MIDNIGHT SPECIAL

Un petit garçon pas comme les autres

Parle à ma main: ce petit garçon a des pouvoirs spéciaux (©Warner Bros).
Parle à ma main: ce petit garçon a des pouvoirs spéciaux (©Warner Bros).

"Il n'est pas comme nous", dit un des personnages du film, remarque terrifiante ou rassurante. Le petit garçon du film MIDNIGHT SPECIAL,âgé de 8 ans, n'est en effet pas un petit garçon comme les autres.

Dans la chambre d'un motel plongée dans la pénombre, deux hommes armés et déterminés mettent au point leur stratégie. Les fenêtres ont été obstruées par du carton. Tandis que la télévision diffuse les images de l'enlèvement du jeune garçon, Alton Meyer, ce dernier est assis par terre, recouvert par un drap et le visage assombri par d'épaisses lunettes de piscine. Il est temps de partir.

Pourtant, malgré la situation dramatique, le garçon semble étrangement paisible. Qui donc est Alton Meyer? Et qui sont ces hommes qui l'ont emmené avec eux? La réponse vient assez vite: ce sont son père et un ami d'enfance de celui-ci, qui fuient avec lui pour le protéger.

Le protéger de quoi? D'une secte dont les membres le vénèrent car ils pensent qu'il communie avec Dieu. Et des autorités fédérales qui voient en lui un danger pour la sécurité intérieure. Car Alton n'est pas un petit garçon comme les autres. Avec son sang-froid déconcertant et une détermination étonnante pour son âge, il possède des facultés surnaturelles: la lumière blanche inexplicable émanant de son regard peut provoquer de terribles destructions ou hypnotiser son interlocuteur, il peut parler dans des langues étrangères ou inconnues, il peut intercepter des signaux satellitaires ultraconfidentiels…

Du Nouveau-Mexique à la Floride en passant par le Texas, la Louisiane, le Mississippi et l'Alabama, le père et son ami d'enfance, en voiture, sur les routes, la nuit, traqués à la fois par le FBI et des tueurs de la secte, vont tenter de conduire Alton, parfois en proie à des crises incontrôlables, vers sa Mission: un rendez-vous dont le lieu et le but restent un mystère…

A la fois thriller haletant et film de science-fiction intrigant, MIDNIGHT SPECIALest le quatrième film du jeune (37 ans) réalisateur américain Jeff Nichols, très apprécié de la critique, après SHOTGUN STORIES(2007), TAKE SHELTER(2011) et MUD (2012) présenté en compétition au Festival de Cannes.

"Je voulais faire un film autour d'une course-poursuite, où des types sillonnent les petites routes du sud des États-Unis à bord d'un bolide, en roulant de nuit phares éteints", explique-t-il. "Ils sont en cavale, ils sont traqués et, dans le même temps, ils foncent vers une destination inconnue pour accomplir une mission d'importance dont, au départ, on ignore la nature".

On s'attend à une explication et une fin du genre E.T. L'EXTRATERRESTRE ou RENCONTRES DU 3E TYPE, mais ce n'est pas tout à fait cela… Et le spectateur sera tenu en haleine jusqu'au bout.

Comme tous les enfants-acteurs, le petit Jaeden Lieberher est bluffant dans le rôle d'Alton, entouré de deux acteurs dont on connaît le visage sans toujours connaître le nom, signe de bons acteurs de seconds rôles: Michael Shannon (déjà présent dans les trois premiers films du réalisateur) dans le rôle du père et Joel Edgerton dans celui de l'ami.

On croise aussi Sam Shepard comme chef de la secte, Kirsten Dunst en mère du petit garçon, et l'une des nouvelles coqueluches d'Hollywood, Adam Driver (le fils meurtrier d'Harrison Ford dans le dernier STAR WARS), dans le rôle d'un agent des autorités fédérales qui parvient à dialoguer avec le gamin jusqu'au bout, jusqu'à la fin de l'histoire et la conclusion d'un suspense joliment entretenu pendant près de deux heures.

Jean-Michel Comte

 

LA PHRASE

"Vous ignorez totalement où vous mettez les pieds" (Sam Shepard, le chef de la secte, aux enquêteurs du FBI au début de l'histoire).

 

MIDNIGHT SPECIAL

(États-Unis, 1h51)

Réalisation: Jeff Nichols

Avec Michael Shannon, Jaeden Lieberher, Joel Edgerton

(Sortie le 16 mars 2016)


Lire cet article et d'autres papiers cinéma, ainsi que toute l'actualité en temps réel, sur FranceSoir.fr