MA

Le sous-sol de l'horreur

Ma, une inquiétante femme solitaire qui sympathise avec la jeunesse (©UPI).
Ma, une inquiétante femme solitaire qui sympathise avec la jeunesse (©UPI).

Des ados américains sympathisent avec une étrange femme solitaire qui leur propose le sous-sol de sa maison pour faire la fête: on n'est pas sérieux –et pas très prudent– quand on a 17 ans. Et voilà comment le film Ma embarque le spectateur dans le suspense et l'horreur...

Après un mariage raté et une vingtaine d'années passées à San Diego en Californie, Erica (Juliette Lewis) revient dans sa petite ville natale de l'Ohio, avec sa fille Maggie (Diana Silvers), 16 ans, qui débarque dans son nouveau lycée au beau milieu de l'année scolaire. L'adolescente se fait vite quatre nouveaux amis –une fille et trois garçons– qui, un jour, décident de faire la fête en allant fumer des joints et picoler le soir sur un terrain vague.

Comme ils sont mineurs, ils essayent de trouver un adulte qui accepte d'aller leur acheter de l'alcool. Sue Ann (Octavia Spencer), une femme solitaire, employée de la clinique vétérinaire locale, est d'accord. Mais plutôt que de les voir traîner dehors le soir, elle leur propose de venir boire, fumer et faire la fête dans le sous-sol de sa maison, isolée au milieu de la campagne, à l'écart de la ville.

La soirée se passe bien et Sue Ann, qui se fait appeler Ma, organise d'autres fêtes dans son sous-sol avec d'autres jeunes lycéens de la ville, toujours plus nombreux. Cette femme mystérieuse semble ainsi heureuse de tromper sa solitude avec la jeunesse. Mais elle a une prédilection pour Maggie et ses quatre amis –qui, bientôt, vont cependant trouver bizarre son comportement et se montrer de plus en plus rétifs à venir dans son sous-sol festif et inquiétant…

Ce thriller psychologique est le cinquième long métrage de Tate Taylor, 49 ans, qui a été acteur jusqu'en 2010 avant de devenir un réalisateur éclectique: il s'est fait connaître par La Couleur des sentiments, film social sur trois femmes noires dans les années 60, avec Emma Stone et qui a valu à Octavia Spencer l'Oscar du meilleur second rôle féminin en 2012. Puis il a réalisé en 2014 Get On Up, biopic du chanteur James Brown, avant de passer au thriller avec le haletant La Fille du train en 2016, avec Emily Blunt.

Ici il a donné son premier rôle principal à l'actrice Octavia Spencer, sa meilleure amie depuis 25 ans, qui s'est donc fait connaître du grand public grâce à son Oscar pour La Couleur des sentiments, puis a été nommée deux autres fois pour le même Oscar du meilleur second rôle pour Les Figures de l'ombre (2016) et La Forme de l'eau (2017).

Elle incarne un personnage ambigu dès le début, dont on ne sait pas trop ce qui l'anime mais dont on comprend qu'elle est prisonnière de son passé et animée d'un désir de vengeance. Le groupe d'adolescents est un classique du genre dans les films à suspense américains depuis longtemps, avec son corolaire d'humour potache et de cruauté collective, et ici, dans cette petite ville paumée de l'Ohio où tout le monde connaît tout le monde depuis l'enfance, la tension monte lentement mais sûrement. Dommage que la fin, qui vire au gore et au n'importe quoi, soit ratée: c'est si conventionnel et attendu qu'on est déçu d'avoir assisté patiemment à la mise en place du personnage principal, bien interprété mais finalement pas si original que cela.

Jean-Michel Comte

 

LA PHRASE

"Les week-ends sont faits pour s'amuser" (chansonnette fredonnée par Ma au volant de sa voiture).

 

Ma

(États-Unis, 1h40)

Réalisation: Tate Taylor

Avec Octavia Spencer, Diana Silvers, Juliette Lewis

(Sortie le 5 juin 2019)


Lire cet article et d'autres papiers cinéma, ainsi que toute l'actualité en temps réel, sur FranceSoir.fr