45 ANS

Charlotte Rampling défie le temps ...et Jennifer Lawrence

Charlotte Rampling, nommée pour l'Oscar de la meilleure actrice (©Ad Vitam Distribution).
Charlotte Rampling, nommée pour l'Oscar de la meilleure actrice (©Ad Vitam Distribution).

Jennifer Lawrence est largement favorite pour l'Oscar de la meilleure actrice, le 28 février prochain à Hollywood, pour son rôle dans JOY. Mais en cas de surprise, Charlotte Rampling, plusieurs fois nommée aux César mais pour la première fois aux Oscars, est sur les rangs des outsiders pour son rôle dans 45 ANS, le film du réalisateur britannique Andrew Haigh.

Charlotte Rampling, 70 ans le 5 février, et son partenaire Andrew Haigh, 79 ans le 25 février, ont obtenu pour ce film les prix d'interprétation féminine et masculine au dernier Festival de Berlin, il y a un an, en février 2015.

Tous deux interprètent Kate et Geoff, un vieux couple qui s'apprête à fêter ses 45 ans de mariage. Ils vivent à la campagne, mènent une existence paisible d'intellectuels retraités, les préparatifs se déroulent normalement. Mais à quelques jours de la fête, Geoff reçoit une nouvelle inattendue: le corps de Katya, son premier grand amour, disparu 50 ans auparavant dans les glaces des Alpes (il avait 25 ans, elle 27), vient d’être retrouvé.

Pour Geoff, c'est un choc. Il se remet à fumer, écoute de vieux disques, relit Kierkegaard, emprunte des livres sur le changement climatique à la bibliothèque... Il se demande s'il va aller aux funérailles.

Mais c'est un choc aussi pour Kate, envahie par une certaine forme de jalousie, et qui s'interroge sur son couple et les questions essentielles: ce qu’on a fait de sa vie, les choix qu’on a faits, la personne qu’on a choisie, la construction du couple au fil des années. En elle monte une forme d’angoisse, d'incertitude sur l'avenir (oui, même à 70 ans).

"C’est comme si toute la relation de Kate et Geoff, jusqu’à ses fondements même, était soudain remise en question par une femme qui n’existe plus", explique le réalisateur, qui a su tirer le meilleur de deux superbes acteurs, dans un film tout en finesse et en émotions rentrées, en sentiments pudiquement exprimés. "Je crois qu’il y a quelque chose de culturellement et politiquement conservateur chez les Anglais qui encourage certains à enfouir leurs sentiments pour maintenir un statu quo", dit-il.

Andrew Haigh, 42 ans, dont les deux premiers films (GREEK PETE en 2009 et WEEK-END en 2012) parlaient de l'homosexualité, évoque ici les interrogations du troisième âge, sans pathos ni morale. Simplement, explique-t-il, "je ne crois pas que les gens cessent de chercher des réponses à leurs questions en vieillissant. On a de nos jours tendance à dire qu’on devrait avoir tout compris à 30 ans. Je suis persuadé que la vie ne se passe pas comme ça pour la plupart d’entre nous. Nous changeons constamment, notre identité évolue et donc nous nous posons tout le temps des questions. Si ce n’est pas le cas, nous le devrions".

Quant à Charlotte Rampling, elle savoure ce nouveau rôle important de sa carrière. "Nos vies sont courtes et, quand on arrive à l’âge que j’ai, on le sait bien. J’ai bien vécu? J’ai mal vécu? Je suis là, j’ai encore des années devant moi".

Jean-Michel Comte

 

LA PHRASE

"Comment t'en vouloir pour une histoire ancienne? Mais quand même..." (Charlotte Rampling, à son mari).

 

45 ANS

("45 Years") (Grande-Bretagne, 1h35)

Réalisation: Andrew Haigh

Avec Charlotte Rampling, Tom Courtenay, Geraldine James

(Sortie le 27 janvier 2016)


Lire cet article et d'autres papiers cinéma, ainsi que toute l'actualité en temps réel, sur FranceSoir.fr