ÉGALEMENT SUR LES ÉCRANS


THE PALACE

Le crépuscule de Polanski

Au Palace Hotel, c'est la fête pour le passage à l'an 2000 (©CAB Productions/Swashbuckler Distribution).
Au Palace Hotel, c'est la fête pour le passage à l'an 2000 (©CAB Productions/Swashbuckler Distribution).

Démoli par la critique internationale lors de sa présentation hors-compétition à la dernière Mostra de Venise en septembre 2023, le dernier film de Roman Polanski, THE PALACE, sort dans les salles françaises ce mercredi 15 mai. Une satire acerbe du monde des ultra-riches, un peu caricaturale et outrancière mais qui n'est pas la catastrophe annoncée.

Au Palace Hotel, établissement 5-étoiles dans les Alpes suisses, on se prépare au réveillon du 31 décembre 1999 et au passage à l'an 2000. Le directeur (Oliver Masucci) ne sait plus où donner de la tête pour satisfaire les exigences de ses riches clients, mais fait de son mieux.

Lire la suite...


LA PLANÈTE DES SINGES: LE NOUVEAU ROYAUME

Primates Sup

Noa (à gauche), Mae (Freya Allan) et Raka sont en route vers le repaire de Proximus César, maître du "Nouveau Royaume" (©20th Century Studios).
Noa (à gauche), Mae (Freya Allan) et Raka sont en route vers le repaire de Proximus César, maître du "Nouveau Royaume" (©20th Century Studios).

Comme pour les BATMAN, les JAMES BOND ou les X-MEN, la sortie d'un nouvel épisode de la franchise LA PLANÈTE DES SINGES est toujours un événement mondial. C'est évidemment le cas avec LA PLANÈTE DES SINGES: LE NOUVEAU ROYAUME, quatrième film de la nouvelle saga, sur les écrans français ce mercredi 8 mai, deux jours avant sa sortie américaine.

Le film fait suite à la trilogie LES ORIGINES (2011), L'AFFRONTEMENT (2014) et SUPRÉMATIE (2017), qui avait renouvelé l'histoire après six épisodes précédents: le célèbre film originel de Franklin J. Schaffner en 1968, avec Charlton Heston (et sa mythique scène finale, l'une des chutes les plus mémorables de l'histoire du cinéma), ses quatre suites dans les années 70 et le remake de 2001 réalisé par Tim Burton.

Lire la suite...


JUSQU'AU BOUT DU MONDE

Le beau western sentimental (et féministe) de Viggo Mortensen

Vivienne (Vicky Krieps) et Holger (Viggo Mortensen) vivaient heureux dans le Grand Ouest américain. Jusqu'au jour où il décida de partir à la guerre (©Metropolitan FilmExport).
Vivienne (Vicky Krieps) et Holger (Viggo Mortensen) vivaient heureux dans le Grand Ouest américain. Jusqu'au jour où il décida de partir à la guerre (©Metropolitan FilmExport).

Les grands espaces de l'Ouest américain au milieu du XIXe siècle, des villes poussiéreuses avec shérif et hors-la-loi, des saloons et des ranchs, des bagarres et des duels au revolver: tous les ingrédients d'un western classique sont réunis dans JUSQU'AU BOUT DU MONDE (ce mercredi 1er mai sur les écrans), le deuxième film comme réalisateur de l'acteur américano-danois Viggo Mortensen. Mais il y a ajouté une belle histoire d'amour et un ton féministe original dans ce cadre d'aventures viriles.

San Francisco, dans les années 1860. Sur le marché aux poissons, Vivienne Le Coudy (Vicky Krieps), immigrée d’origine québécoise, fait la connaissance de Holger Olsen (Viggo Mortensen), lui-même d’origine danoise. Elle est fleuriste, il est charpentier.

Lire la suite...


BACK TO BLACK

L'unique amour d'Amy Winehouse

Amy Winehouse est interprétée par l'actrice Marisa Abela (©Dean Rogers/StudioCanal).
Amy Winehouse est interprétée par l'actrice Marisa Abela (©Dean Rogers/StudioCanal).

Sous ses allures rebelles et son addiction à l'alcool et aux drogues, Amy Winehouse avait un cœur de midinette, rêvait d'avoir des enfants et n'a eu qu'un grand amour dans sa courte vie: Blake Fielder-Civil, avec qui elle a été mariée deux ans. Leur relation tumultueuse lui a inspiré son second (et dernier) album, Back to Black, titre repris par le film qui lui est consacré et qui sort ce mercredi 24 avril sur les écrans.

Ce n'est pas vraiment un biopic: la carrière, les succès, les addictions diverses, les mauvaises fréquentations, les problèmes de santé, les ennuis judiciaires, les paparazzi, tout cela ne constitue que la toile de fond de ce film qui raconte surtout la vie privée et sentimentale de la chanteuse britannique. "Ce film est une histoire d’amour, mais il est aussi une déclaration d’amour à Amy, et il est raconté à la première personne, avec ses mots et son regard", explique la réalisatrice, la Britannique Sam Taylor-Johnson.

Lire la suite...


BORGO

Polar carcéral corse

Dans la prison de Borgo, Melissa (Hafsia Herzi) sait se faire respecter des détenus (©Petit Film/France-3 Cinéma).
Dans la prison de Borgo, Melissa (Hafsia Herzi) sait se faire respecter des détenus (©Petit Film/France-3 Cinéma).

Le film porte le nom d'une prison près de Bastia et est inspiré de faits réels qui s'y sont déroulés: BORGO, sur les écrans ce mercredi 17 avril, est un polar réaliste et habilement tourné qui raconte le dilemme d'une jeune surveillante pénitentiaire confrontée aux règlements de comptes entre truands corses.

Après Fleury-Mérogis, Melissa (Hafsia Herzi), 32 ans, gardienne de prison expérimentée, est mutée en Corse où elle s'installe avec son mari Djibril et leur deux jeunes enfants. Elle intègre l'équipe de surveillants de l'Unité-2 du centre pénitentiaire de Borgo.

Lire la suite...


ROSALIE

Merci d'être velue

Rosalie (Nadia Tereszkiewicz) n'est pas une femme comme les autres: c'est une "femme à barbe" (©Gaumont).
Rosalie (Nadia Tereszkiewicz) n'est pas une femme comme les autres: c'est une "femme à barbe" (©Gaumont).

Hirsutisme. C'est le nom scientifique d'une affection qui provoque une pilosité excessive chez les femmes et dont souffraient celles qu'on appelait, il y a un siècle, les "femmes à barbe". C'est l'une de ces femmes pas comme les autres qui est le personnage principal de ROSALIE, un film original et délicat qui sort ce mercredi 10 avril sur les écrans.

Rosalie (Nadia Tereszkiewicz) est une jeune femme dans la France de 1870 qui cache un secret: depuis sa naissance, son visage et son corps sont recouverts de poils. Régulièrement, de peur d'être rejetée, elle se rase et se maquille pour cacher cela.

Lire la suite...


ET PLUS SI AFFINITÉS

Deux couples, deux ambiances

Sophie (Isabelle Carré, à gauche) et Xavier (Bernard Campan, à droite) ont invité à dîner leurs voisins Alban (Pablo Pauly) et Adèle (Julia Faure), un couple plus libéré que le leur (©Julien Panié/Wild Bunch).
Sophie (Isabelle Carré, à gauche) et Xavier (Bernard Campan, à droite) ont invité à dîner leurs voisins Alban (Pablo Pauly) et Adèle (Julia Faure), un couple plus libéré que le leur (©Julien Panié/Wild Bunch).

Il a raflé quatre récompenses au Festival du film de comédie de l'Alpe d'Huez en janvier dernier: Prix spécial du jury, Prix du public et double prix d'interprétation masculine et féminine. Deux couples sont face à face dans le film ET PLUS SI AFFINITÉS (sur les écrans ce mercredi 3 avril), savoureuse comédie qui ne s'interdit pas le ton doux-amer, voire grinçant.

Usé par 25 ans de vie commune, le couple formé par Xavier et Sophie (Bernard Campan et Isabelle Carré) semble à bout de souffle. Il est professeur de musique, elle tient une agence immobilière, ils ont un gros chien fatigué et une fille de 20 ans qui fait ses études en Angleterre et vient les voir un week-end sur deux.

Lire la suite...


PATERNEL

Mon fils ma bataille

Le prêtre Simon (Grégory Gadebois) a la surprise d'apprendre qu'il a un fils de 11 ans, Aloé (Anton Alluin), qui débarque dans sa vie (©Les films du clan/Micro Climat Studios).
Le prêtre Simon (Grégory Gadebois) a la surprise d'apprendre qu'il a un fils de 11 ans, Aloé (Anton Alluin), qui débarque dans sa vie (©Les films du clan/Micro Climat Studios).

Être prêtre et père d'un enfant: c'est la situation délicate dans laquelle se retrouve le personnage principal du film PATERNEL (ce mercredi 27 mars sur les écrans), magistralement interprété par Grégory Gadebois.

Dans une petite ville du centre de la France (le film a été tourné à Auxerre), Simon est un prêtre dévoué à sa paroisse, ouvert et bienveillant, qui a la confiance des fidèles et de sa hiérarchie. Au cours d’une messe, Louise (Géraldine Nakache), qu’il n’avait pas revue depuis son séminaire, refait surface, après plusieurs années passées au Canada. Elle lui présente Aloé, un garçon de 11 ans, dont il est le père.

Lire la suite...


BIS REPETITA

Comédie option latin

Emmenés à Naples par leur prof de latin Delphine (Louise Bourgoin) et leur accompagnateur Rodolphe (Xavier Lacaille), les lycéens vont participer à un concours international (©Stéphanie Branchu/Topshot Film/Why Not Productions).
Emmenés à Naples par leur prof de latin Delphine (Louise Bourgoin) et leur accompagnateur Rodolphe (Xavier Lacaille), les lycéens vont participer à un concours international (©Stéphanie Branchu/Topshot Film/Why Not Productions).

Le film a reçu le prix "Coup de cœur du jury" au Festival du film de comédie de l'Alpe d'Huez en janvier dernier et pourrait bien être aussi le coup de cœur des spectateurs qui iront le voir: BIS REPETITA, sur les écrans ce mercredi 20 mars, est une comédie très réussie, légère et drôle, avec des moments attendrissants.

Il met en scène Delphine (Louise Bourgoin), prof de lettres désabusée, fêtarde et peu consciencieuse qui, au lycée Jean-Jacques Rousseau d'Angers, a conclu un accord avec les cinq élèves de son cours de latin: ils lui fichent une paix royale et en échange elle leur distribue des 19/20. Mais la combine se retourne contre elle quand les excellents résultats (fictifs) de ses élèves propulsent la classe aux championnats du monde de latin, à Naples.

Lire la suite...


LA NOUVELLE FEMME

Comment est née la méthode Montessori

Lili d'Alengy (Leïla Bekhti, à gauche) présente sa fille déficiente mentale, Tina (Rafaëlle Sonneville-Caby), à Maria Montessori (Jasmine Trinca), médecin qui a ouvert à Rome une école pour handicapés (©Geko Films Tempesta/Ad Vitam).
Lili d'Alengy (Leïla Bekhti, à gauche) présente sa fille déficiente mentale, Tina (Rafaëlle Sonneville-Caby), à Maria Montessori (Jasmine Trinca), médecin qui a ouvert à Rome une école pour handicapés (©Geko Films Tempesta/Ad Vitam).

La "méthode Montessori", une des pédagogies alternatives les plus connues, a été créée au début du XXe siècle pour des enfants handicapés mentaux avant de devenir une approche d'apprentissage révolutionnaire pour l'éducation des enfants dits "normaux". C'est ce que raconte le film LA NOUVELLE FEMME, qui sort ce mercredi 13 mars sur les écrans.

Le film dresse le portrait de la créatrice de la méthode, Maria Montessori (1870-1952), femme médecin italienne. Mais il ne s'agit pas d'un biopic traditionnel puisque l'autre femme importante de l'histoire est un personnage de fiction: Lili d’Alengy, célèbre courtisane parisienne, qui a un secret honteux –sa fille Tina, née avec un handicap.

Lire la suite...


LA VIE DE MA MÈRE

Maman est bipolaire

Entre Pierre (William Lebghil) et sa mère Judith (Agnès Jaoui), les rapports oscillent entre complexité et tendresse (©Silex Films/CPCF-5/KMBO).
Entre Pierre (William Lebghil) et sa mère Judith (Agnès Jaoui), les rapports oscillent entre complexité et tendresse (©Silex Films/CPCF-5/KMBO).

Ni avec elle, ni sans elle. Bien qu'elle plombe son existence, un trentenaire dont la mère est bipolaire ne se résout pas à la laisser tomber dans le film LA VIE DE MA MÈRE, touchant et drôle, qui sort ce mercredi 6 mars sur les écrans.

"Tu penses que c'est cool d'avoir une mère comme toi?", dit Pierre (William Lebghil) quand sa mère Judith (Agnès Jaoui) réapparaît dans sa vie. Bijoux voyants, décolleté, maquillage, verbe haut: elle a débarqué à grand fracas chez la grand-mère de Pierre, qui a prévenu son petit-fils.

Judith s'est échappée de la clinique dans laquelle elle est soignée pour des troubles bipolaires, elle a arrêté son traitement. Pierre, 33 ans, ne l'avait pas vue depuis deux ans: "J'avais besoin d'avoir une vie calme", avec une activité professionnelle remplie (il tient une boutique de fleurs qui marche bien) et une vie sentimentale hésitante avec la douce Lisa (Alison Wheeler).

Lire la suite...


DUNE: DEUXIÈME PARTIE

Vous reprendrez bien un peu de désert ?

Paul (Timothée Chalamet) découvre l'amour avec Chani (Zendaya), une autochtone de la planète Dune (©Niko Tavernise/Warner).
Paul (Timothée Chalamet) découvre l'amour avec Chani (Zendaya), une autochtone de la planète Dune (©Niko Tavernise/Warner).

Un désert de sable ocre à perte de vue, des falaises et des rochers, un soleil brûlant qui empêche toute végétation, et des vers souterrains géants qui avalent tout ce qui bouge: on n'irait pas passer ses vacances sur la planète Dune. Et pourtant, on y revient avec plaisir. DUNE: DEUXIÈME PARTIE, du réalisateur canadien Denis Villeneuve, débarque sur les écrans français ce mercredi 28 février, une suite tout aussi somptueuse que le premier volet.

Pour ceux qui voudraient voir ou revoir DUNE: PREMIÈRE PARTIE, sorti en septembre 2021, trois solutions: il est ressorti dans les salles depuis le 7 février; il est disponible à l'achat ou à la location sur les plateformes de streaming; et sa diffusion à la télévision est programmée sur TF1 pour le dimanche 3 mars.

Lire la suite...


UNE VIE

Hommage au "Schindler britannique"

Pendant 50 ans, Nicholas Winton (Anthony Hopkins) n'a pas révélé qu'il avait arraché pendant la guerre 669 enfants juifs des mains des Nazis (©SquareOne Entertainment/SND).
Pendant 50 ans, Nicholas Winton (Anthony Hopkins) n'a pas révélé qu'il avait arraché pendant la guerre 669 enfants juifs des mains des Nazis (©SquareOne Entertainment/SND).

La presse le surnommait "le Schindler britannique". Émouvant et fort, le film UNE VIE (ce mercredi 21 février sur les écrans) rend hommage à Nicholas Winton, un banquier londonien qui sauva 669 enfants juifs à Prague pendant la Seconde guerre mondiale.

L'homme était courtier dans une banque britannique quand il décida de se rendre à Prague en 1938, alors que la ville était sur le point de tomber aux mains des Nazis. Ses quatre grands-parents étaient juifs, ses parents étaient arrivés en Angleterre en 1907, en provenance d'Allemagne. "Je me considère comme européen, agnostique et socialiste", se définissait-il.

Lire la suite...