ÉGALEMENT SUR LES ÉCRANS


MARCEL!

L'enfance italienne de Jasmine Trinca

La petite fille (Maayane Conti) et sa mère (Alba Rohrwacher) sont très proches l'une de l'autre et mènent une vie de bohème (©Fabio Zayed/Rezo Films).
La petite fille (Maayane Conti) et sa mère (Alba Rohrwacher) sont très proches l'une de l'autre et mènent une vie de bohème (©Fabio Zayed/Rezo Films).

Ce n'est pas entièrement autobiographique mais l'actrice italienne Jasmine Trinca a puisé dans ses souvenirs d'enfance et dans sa relation passionnelle et conflictuelle avec sa mère pour son premier long-métrage en tant que réalisatrice, MARCEL!, qui sort sur les écrans ce mercredi 27.

Le film a été présenté hors-compétition au Festival de Cannes, dont Jasmine Trinca, 41 ans, faisait partie du jury. L'actrice et néo-réalisatrice a débuté au cinéma dans LA CHAMBRE DU FILS de Nanni Moretti, Palme d'or à Cannes 2001, puis a alterné films italiens et quelques films français (dont SAINT LAURENT de Bertrand Bonello en 2014).

Lire la suite...


UN ÉTÉ COMME ÇA

Hypersexualité et obsessions érotiques: les femmes aussi

Pause détente sur le lac pour Eugénie (Laure Giappiconi, à gauche) et Geisha (Aude Mathieu), deux des trois participantes au stage d'été destiné à évoquer leur hypersexualité (©Shellac Films).
Pause détente sur le lac pour Eugénie (Laure Giappiconi, à gauche) et Geisha (Aude Mathieu), deux des trois participantes au stage d'été destiné à évoquer leur hypersexualité (©Shellac Films).

Obsession sexuelles, démon de midi, désir physique omniprésent, recherche permanente du plaisir, besoin de moments de jouissance nombreux et réguliers: cela ne concerne pas que les hommes, les femmes aussi peuvent être affectées par ces pulsions irrésistibles. C'est le cas des trois personnages principaux du film UN ÉTÉ COMME ÇA, du réalisateur québécois Denis Côté, qui sort ce mercredi 27 sur les écrans français.

Autrefois on qualifiait ces femmes de "nymphomanes". Depuis quelques années, la science et la médecine préfèrent parler d'"hypersexualité", qui peut s'appliquer aux hommes comme aux femmes.

Lire la suite...


MIA ET MOI, L'HÉROÏNE DE CENTOPIA

Aventures multicolores au pays des licornes

La reine Mayla et le roi Raynor vont aider Iko et Mia à libérer l'île du Lotus de l'emprise du monstre Toxor et son armée maléfique (©Constantin Films/Alba Films).
La reine Mayla et le roi Raynor vont aider Iko et Mia à libérer l'île du Lotus de l'emprise du monstre Toxor et son armée maléfique (©Constantin Films/Alba Films).

C'est une série télévisée animée d'origine allemande qui a connu 3 saisons depuis 2011 (la 4e est en cours de production), vendue aux chaînes du monde entier, aux plates-formes de streaming, à YouTube (1,4 milliard de vues dans le monde), et qui a généré de nombreux produits dérivés (site internet, livres, magazines, marionnettes, peluches, poupées): bien connue des enfants de 6 ans et plus, MIA ET MOI débarque au cinéma, ce mercredi 20 juillet sur les écrans français.

Lire la suite...


RIFKIN'S FESTIVAL

Woody Allen tourne encore (en rond)

Mort Rifkin (Wallace Shawn), critique et historien de cinéma, soupçonne sa femme Sue (Gina Gershon) de le tromper avec le jeune cinéaste français Philippe (Louis Garrel) (©The Media Pro Studio/Gravier Productions/Apollo Films)
Mort Rifkin (Wallace Shawn), critique et historien de cinéma, soupçonne sa femme Sue (Gina Gershon) de le tromper avec le jeune cinéaste français Philippe (Louis Garrel) (©The Media Pro Studio/Gravier Productions/Apollo Films)

Un peu boycotté aux États-Unis, Woody Allen continue de tourner, en Europe surtout. Son 49e film, RIFKIN'S FESTIVAL, tourné en Espagne en 2019 et dont la sortie a ensuite été victime de la crise du Covid, débarque sur les écrans français ce mercredi 13 juillet.

Covid ou mise à l'écart? Les accusations d'attouchements sexuels sur sa fille adoptive Dylan Farrow (en 1992 quand elle avait 7 ans), proférées par son ex-femme Mia Farrow, ont été relancées en 2018 avec le mouvement #MeToo et en 2021 avec un documentaire à charge. Mais le réalisateur continue de nier ces accusations et, disait-il dans une récente interview au Journal du Dimanche le 3 juillet: "je suis un auteur et personne ne peut m'empêcher d'écrire, et donc de travailler".

Lire la suite...


LES NUITS DE MASHHAD

Enquête sur un tueur en série iranien, tirée de faits réels

Venue de Téhéran, la journaliste Rahimi (Zar Amir Ebrahimi) enquête sur un tueur en série qui assassine des prostituées dans la ville sainte de Mashhad (©Metropolitan Films).
Venue de Téhéran, la journaliste Rahimi (Zar Amir Ebrahimi) enquête sur un tueur en série qui assassine des prostituées dans la ville sainte de Mashhad (©Metropolitan Films).

Contrairement à Kim Kardashian, c'est une sex tape qui a brisé sa carrière. Quatorze ans après avoir quitté son pays pour éviter d'être jugée à cause de la diffusion sur Internet d'une vidéo montrant ses relations sexuelles avec son petit ami de l'époque, l'actrice iranienne Zahra Amir Ebrahimi, 41 ans, tient sa revanche sur les mollahs: elle a obtenu le Prix d'interprétation féminine du dernier Festival de Cannes, pour son rôle dans LES NUITS DE MASHHAD, qui sort ce mercredi 13 juillet sur les écrans.

Dans le film, qui était en compétition sur la Croisette, elle interprète Rahimi, une journaliste de Téhéran qui vient enquêter sur un tueur en série qui sévit dans la ville sainte de Masshad, dans le nord-est de l'Iran.

Lire la suite...


LES MINIONS-2: IL ÉTAIT UNE FOIS GRU

Méchamment rigolo 

Gru n'a que 12 ans quand il décide de devenir un méchant, aidé par les Minions, notamment le trio formé (de gauche à droite) de Stuart, Bob et Kevin (©UPI).
Gru n'a que 12 ans quand il décide de devenir un méchant, aidé par les Minions, notamment le trio formé (de gauche à droite) de Stuart, Bob et Kevin (©UPI).

Les revoici. Ce sont des capsules jaunes, ils n'ont pas d'épaules mais portent des salopettes, ont des lunettes de soudeur en guise d'yeux et parlent un drôle de charabia. Les Minions reviennent sur les écrans, ce mercredi 6 juillet, dans la suite de leurs aventures, LES MINIONS-2: IL ÉTAIT UNE FOIS GRU, après le film qui leur était consacré en 2015.

Les Minions, petites créatures plus bêtes (et sympathiques) que méchantes, se sont mises au service de Gru, le héros de MOI, MOCHE ET MÉCHANT, qui est sans doute le méchant-mais-en-réalité-gentil le plus célèbre de l'histoire du cinéma –excepté peut-être King Kong, la créature de Frankenstein, le monstre de LA BELLE ET LA BÊTE, voire DARK VADOR quelques minutes avant sa mort à la fin du RETOUR DU JEDI.

Lire la suite...


IRRÉDUCTIBLE

Jérôme Commandeur se moque (gentiment) des fonctionnaires

Fonctionnaire récalcitrant, Vincent (Jérôme Commandeur, à droite), se retrouve, peu à l'aise, en pleine forêt équatoriale, avec un guide local (Esteban) (©SND).
Fonctionnaire récalcitrant, Vincent (Jérôme Commandeur, à droite), se retrouve, peu à l'aise, en pleine forêt équatoriale, avec un guide local (Esteban) (©SND).

Fonctionnaire un jour, fonctionnaire toujours. Jérôme Commandeur se moque (sans méchanceté) des agents de la fonction publique dans son deuxième film comme réalisateur, IRRÉDUCTIBLE, qui sort ce mercredi 29 juin sur les écrans après avoir remporté en janvier le Grand Prix du Festival du film de comédie de L'Alpe d'Huez.

Il en est également l'acteur principal, Vincent Peltier, "fonctionnaire comme papa", un paisible employé des Eaux et Forêts à Limoges depuis 16 ans, qui délivre notamment les permis de chasse à ses concitoyens. Il profite des avantages de son statut et n'échangerait pour rien au monde son petit boulot tranquille.

Lire la suite...


ELVIS

Long Live The King!

Le jeune acteur peu connu Austin Butler interprète Elvis Presley (©Kane Skennar/Warner Bros.).
Le jeune acteur peu connu Austin Butler interprète Elvis Presley (©Kane Skennar/Warner Bros.).

Le rock n'roll, c'est lui. En mêlant country, rhythm and blues et gospel, il a popularisé dans le monde entier un nouveau style musical qui s'imposa à la jeunesse de la seconde moitié du siècle dernier: Elvis Presley a enfin son biopic flamboyant, ELVIS, du réalisateur australien Baz Luhrmann, qui sort sur les écrans ce mercredi 22 après avoir été présenté hors-compétition au Festival de Cannes.

"Je vais avoir 40 ans. Personne ne se souviendra de moi. Je ne laisserai aucune trace", dit vers la fin du film un Elvis Presley désabusé et fatigué, déçu par sa piètre carrière cinématographique, deux ans avant sa mort le 16 août 1977 à Memphis, Tennessee.

Lire la suite...


LE PRINCE

Une Allemande et un Congolais: difficile histoire d'amour à Francfort

Monika (Ursula Strauss) et Joseph (Passi) sont de classes sociales et d'origines très différentes, mais croient leur amour possible (©Shellac Distribution).
Monika (Ursula Strauss) et Joseph (Passi) sont de classes sociales et d'origines très différentes, mais croient leur amour possible (©Shellac Distribution).

C'est une histoire d'amour pas facile à vivre, malgré la force des sentiments, entre une Allemande et un Congolais que raconte LE PRINCE (ce mercredi 15 sur les écrans), premier film de la jeune réalisatrice allemande Lisa Bierwirth.

On est à Francfort. Monika (l'actrice autrichienne Ursula Strauss), la quarantaine, célibataire, est galeriste et commissaire d'expositions dans un musée de la ville. Elle a des amis intellos et, comme eux, des idées plutôt de gauche.

Lire la suite...


JURASSIC WORLD: LE MONDE D'APRÈS

Les dinosaures sont parmi nous

Les dinosaures cohabitent désormais avec l'espèce humaine, et ce n'est pas toujours facile (©Universal Pictures/Amblin Entertainment).
Les dinosaures cohabitent désormais avec l'espèce humaine, et ce n'est pas toujours facile (©Universal Pictures/Amblin Entertainment).

Il était temps que cela se termine. Les dinosaures commencent à s'essouffler et, avec eux, la saga JURASSIC PARK entamée il y a presque 30 ans par Steven Spielberg. Le sixième film de la série, JURASSIC WORLD: LE MONDE D'APRÈS (ce mercredi 8 juin sur les écrans français), banalise les dinosaures qui sont désormais parmi nous, dans la vie quotidienne, et cohabitent –plus ou moins bien– avec l'espèce humaine qui les a ressuscités après 65 millions d'années.

Résumé des épisodes précédents. Une première trilogie (JURASSIC PARK en 1993, LE MONDE PERDU: JURASSIC PARK en 1998 et JURASSIC PARK-3 en 2001, les deux premiers réalisés par Spielberg et le troisième par Joe Johnston) avait repris l'idée géniale de l'écrivain Michael Chrichton: grâce à l'ADN de dinosaures contenu dans du sang conservé à l'intérieur d'un moustique fossilisé, des scientifiques avaient pu reconstituer ces animaux préhistoriques et un milliardaire les avait réunis dans un parc touristique, sur une île au large du Costa Rica. L'expérience touristico-scientifique virait ensuite à la catastrophe.

Lire la suite...


PETITE FLEUR

Comment assassiner sans tuer

José (Daniel Hendler, à gauche) rend visite à son voisin Jean-Claude (Melvil Poupaud) pour lui emprunter une pelle, et trinque avec lui –avant de le tuer (©Carole Bethuel/KMBO).
José (Daniel Hendler, à gauche) rend visite à son voisin Jean-Claude (Melvil Poupaud) pour lui emprunter une pelle, et trinque avec lui –avant de le tuer (©Carole Bethuel/KMBO).

Ce serait, selon la bande-annonce, "le film le plus mortel de l'année". Il peut disputer ce titre à COUPEZ!, sorti récemment: PETITE FLEUR, le film du réalisateur argentin Santiago Mitre (ce mercredi 8 sur les écrans), est "mortel" au sens propre avec de vrais-faux cadavres, et au sens figuré –comme on dit "mort de rire".

Car c'est une comédie macabre et drôle, qui navigue entre le burlesque et le sanglant, l'absurde et le romantisme, le fantastique et l'intimisme, et dans lequel l'humour s'immisce entre deux giclées d'hémoglobine.

Un jeune couple, avec leur fillette de 7 mois, s'est installé à Clermont-Ferrand après avoir quitté l'Argentine. Lui, José (l'acteur uruguayen Daniel Hendler), dessinateur argentin qui a suivi en France sa femme Lucie (Vimala Pons), a trouvé un emploi comme graphiste pour "une célèbre marque de pneus". Mais il est viré au bout de deux mois.

Lire la suite...


FIRESTARTER

Une ado tout feu tout flammes

Faut pas l'énerver: la jeune Charlie (Ryan Kiera Armstrong) a des dons surnaturels, surtout quand elle se met en colère (©Universal Pictures).
Faut pas l'énerver: la jeune Charlie (Ryan Kiera Armstrong) a des dons surnaturels, surtout quand elle se met en colère (©Universal Pictures).

"Allumez le feu". Elle ne connaît pas Johnny Hallyday mais est capable de déclencher à distance, par la force de sa pensée, des flammes et des incendies: à 11 ans, Charlie est le personnage principal du film américain FIRESTARTER (ce mercredi 1er juin sur les écrans), adapté d'un roman du maître de l'horreur et de l'épouvante, Stephen King.

Tout bébé déjà, au lieu de crier et de pleurer comme tous les bébés du monde quand elle était contrariée ou quand le biberon était en retard, la petite Charlie mettait le feu à son berceau ou à son ours en peluche. Ce qui inquiétait papa et maman mais sans vraiment les surprendre.

Lire la suite...


TOP GUN: MAVERICK

Tom Cruise toujours plus haut

"Bonjour, c'est votre commandant qui vous parle": Tom Cruise, alias Maverick (©Paramount Pictures).
"Bonjour, c'est votre commandant qui vous parle": Tom Cruise, alias Maverick (©Paramount Pictures).

"C'est un avion de chasse". Dans le langage machiste pré-meetoo (mais encore en vigueur), l'expression désignait une jeune femme au physique très avantageux. Et si, pour respecter la parité, on appliquait la même définition aux hommes? À bientôt 60 ans, Tom Cruise est plus sexy, charismatique et dynamique dans TOP GUN: MAVERICK qu'il ne l'était dans le premier film TOP GUN, il y a 36 ans. C'est un avion de chasse –qui vole plus vite, plus fort, plus haut.

Film le plus attendu de l'année 2022, ce TOP GUN: MAVERICK, suite tant espérée par les fans du premier depuis 1986, sort dans les salles françaises ce mercredi 25 mai, quelques jours après avoir été présenté hors-compétition au Festival de Cannes, salué par la Patrouille de France qui a fait vibrer la Croisette et l'équipe du film.

Lire la suite...


COUPEZ!

Morts de rire

Trois des acteurs du film de zombies (de gauche à droite Bérénice Bejo, Matilda Lutz, Finnegan Oldfield) se demandent, comme les spectateurs, où le réalisateur veut en venir (©Lisa Ritaine/PanEuropéenne Distribution).
Trois des acteurs du film de zombies (de gauche à droite Bérénice Bejo, Matilda Lutz, Finnegan Oldfield) se demandent, comme les spectateurs, où le réalisateur veut en venir (©Lisa Ritaine/PanEuropéenne Distribution).

À l'origine le film devait s'appeler Z (comme les séries du même nom), mais a changé de titre car cette dernière lettre de l'alphabet a été choisie par l'armée russe pour distinguer ses blindés dans sa guerre en Ukraine. Du coup, le film aurait pu s'appeler MDR, tant les premiers spectateurs de COUPEZ! (c'est finalement son nom définitif), à l'ouverture du 75e Festival de Cannes et simultanément dans les salles ce mardi soir 17 mai, sont ressortis morts-de-rire de cette comédie de zombies qui est aussi un émouvant hommage au cinéma.

L'affiche et le début de l'histoire font croire à un film de morts-vivants, mais c'est d'abord une comédie. "Oui, avant tout. C’est une comédie peut-être spéciale, mais c’est vraiment une bonne grosse comédie", explique son réalisateur Michel Hazanavicius, très applaudi après la projection de la soirée d'ouverture du Festival.

Lire la suite...


THE DUKE

L'histoire vraie d'un voleur au grand cœur

Kempton Bunton (Jim Broadbent) et sa femme Dorothy (Hellen Mirren), un couple de sexagénaires apparemment sans histoires (©Nick Wall/Pathé Distribution).
Kempton Bunton (Jim Broadbent) et sa femme Dorothy (Hellen Mirren), un couple de sexagénaires apparemment sans histoires (©Nick Wall/Pathé Distribution).

Beaucoup de films, ces derniers mois, sont tirés de faits réels et d'histoires vraies. C'est encore le cas de THE DUKE (sur les écrans ce mercredi 11 mai), qui raconte comment un paisible retraité britannique s'est transformé en Robin des Bois du XXe siècle, en Don Quichotte des années 60, en Arsène Lupin de banlieue.

Son nom est Kempton Bunton, un chauffeur de taxi sexagénaire de Newcastle, licencié de son entreprise, qui décida en 1961, avec l'aide de son fils, de voler à la National Gallery de Londres un tableau que celle-ci venait d'acheter: le portrait du Duc de Wellington peint par Goya.

Lire la suite...