LE FONDATEUR

Ça s'est passé comme ça chez McDonald's

Michael Keaton interprète Ray Kroc, le "fondateur" de l'empire McDonald's (©Daniel McFadden/The Weinstein Company/EuropaCorp).
Michael Keaton interprète Ray Kroc, le "fondateur" de l'empire McDonald's (©Daniel McFadden/The Weinstein Company/EuropaCorp).

Ses 36.000 restaurants dans 118 pays servent 68 millions de personnes chaque jour dans le monde. Mais qui connaît l'histoire de McDonald's? Un biopic répond à la question, en racontant le parcours de celui qui développa l'entreprise pour en faire le géant qu'on connaît aujourd'hui: LE FONDATEUR.

A l'origine, les McDo furent inventés par les frères McDonald. Mais celui qui créa vraiment la chaîne de restaurants et se présentait comme "le fondateur" de cet empire s'appelait Ray Kroc, interprété dans le film par Michael Keaton.

Il a 51 ans quand, en 1954, son destin bascule. Installé dans la banlieue de Chicago, il vend dans plusieurs États du Middle West une machine à milk-shakes, un multi-mixeur à cinq mélangeurs utilisé notamment dans les restaurants drive-in, très en vogue à l'époque.

Son appareil a plus ou moins de succès, à l'image de ses affaires: depuis ses débuts, son esprit d'entreprise et ses talents de vendeurs ont connu des hauts et des bas. Mais quand il apprend qu'un drive-in de San Bernardino, dans le désert californien, a commandé huit de ses multi-mixeurs, il décide de faire la route 66 pour aller voir sur place ce client intriguant.

Là, il tombe sur le restaurant McDonald's, créé par les frères Dick et Mac McDonald, qui ont inventé un concept révolutionnaire pour leur drive-in: un menu simplifié (hamburger à 15 cents, frites, coca, milk-shake), plus de couverts (emballages jetables après usage), plus de service à la voiture (les gens font la queue au guichet), et surtout le "Speedy System", le service rapide. Tout est organisé, en cuisine, pour minimiser la durée entre le moment où le client passe commande et celui où il est servi. C'est ce qu'on appelle aujourd'hui, en bon français, un "fast-food".

"La vitesse, c'est le nerf de la guerre", lui explique l'un des frères McDonald en lui faisant visiter leur restaurant. Ray Kroc est épaté par ce McDo, et propose aux deux frères de s'associer avec eux pour créer une franchise et installer d'autres restaurants du même genre un peu partout dans le pays.

Réticents et prudents, Dick et Mac McDonald, petits artisans de la restauration soucieux de la qualité de leurs produits, vont se laisser convaincre et confier à Ray Kroc, entrepreneur et homme d'affaires, le développement de la marque. Tout ne sera cependant pas un long fleuve tranquille entre les trois hommes…

"Je pense que lorsque le public découvrira l'histoire de McDonald's, cela donnera une dimension humaine à l'entreprise que celle-ci a perdue au cours des cinquante dernières années", estime Dan Handfield, un des producteurs du film.

Ceux-ci ont choisi le réalisateur John Lee Hancock pour, comme il l'avait fait pour Walt Disney dans son dernier film DANS L'OMBRE DE MARY en 2013, dresser le portrait de cet entrepreneur symbole du "Rêve américain" et du capitalisme triomphant.

Il y a belle lurette que McDo a mauvaise presse et une image peu brillante dans l'opinion publique, y compris de la part de ceux qui vont y manger régulièrement. L'intérêt du film, plutôt agréable et instructif, est de parler positivement –une fois n'est pas coutume– de la marque en racontant la vie de son fondateur. Loin d'être entièrement hagiographique, le portrait présente Ray Kroc (décédé en 1984 à 81 ans) sous ses aspects à la fois positifs et négatifs, un équilibre bien rendu par Michael Keaton. Et surtout il rend hommage aux deux frères créateurs initiaux du nom McDonald's, qui passent pour des puristes et des anges à côté de l'homme d'affaires ambitieux, inventif, dynamique et sans scrupules qui a bâti son empire en développant leur idée de génie.

Jean-Michel Comte

 

LA PHRASE

"McDonald's peut devenir la nouvelle église américaine. Qui nourrit les corps et les âmes" (Michael Keaton, au début, aux frères McDonald).

 

LE FONDATEUR

("The Founder") (États-Unis, 1h55)

Réalisation: John Lee Hancock

Avec Michael Keaton, Linda Cardellini, Patrick Wilson

(Sortie le 28 décembre 2016)


Lire cet article et d'autres papiers cinéma, ainsi que toute l'actualité en temps réel, sur FranceSoir.fr