LE FILS DE JEAN

Mon père, cet inconnu québécois

Gabriel Arcand, Pierre-Yves Cardinal, Patrick Hivon, Pierre Deladonchamps (de gauche à droite): à la recherche d'un cadavre dans un lac (©Sébastien Raymond/Fin Août Productions).
Gabriel Arcand, Pierre-Yves Cardinal, Patrick Hivon, Pierre Deladonchamps (de gauche à droite): à la recherche d'un cadavre dans un lac (©Sébastien Raymond/Fin Août Productions).

Un Parisien qui traverse l'Atlantique quand il découvre l'identité de son père québécois, dont on lui vient de lui annoncer la mort: il est question de paternité et de liens familiaux dans LE FILS DE JEAN, le nouveau film de Philippe Lioret, plein de finesse et de suspense.

À 35 ans, Mathieu, ne sait pas qui est son père. Sa mère est morte depuis 8 ans et elle lui a simplement dit que celui-ci était un amour de passage, qui a disparu du jour au lendemain. Lui-même est père d'un garçon de 7 ans mais est séparé de sa femme.

Un matin, un appel téléphonique lui apprend que son père était canadien et qu’il vient de mourir. Il s'appelait Jean, était médecin, a succombé à un infarctus pendant une partie de pêche, et son corps tombé dans un lac n'a pas été retrouvé.

Découvrant aussi qu’il a deux demi-frères, Mathieu décide d’aller à la cérémonie religieuse pour les rencontrer. Mais, quand il débarque à Montréal, Pierre, le meilleur ami de son père, le dissuade de révéler son identité: "Personne ne sait que tu existes", lui dit-il.

Présenté comme le fils d'un ami, c'est donc incognito que Mathieu participe, deux jours avant la cérémonie, à une dernière recherche du corps dans le lac, avec ses deux demi-frères et Pierre. Deux demi-frères qui se disputent sur l'héritage et montrent des personnalités désagréables qui n'incitent pas à vouloir les connaître.

Au contraire, Pierre se sent davantage à l'aise avec Pierre, sa femme et leur fille, et sympathise avec eux. Il garde donc le secret de sa filiation secrète avant la cérémonie religieuse à la mémoire de son père, dont le corps n'a toujours pas été retrouvé…

Tout en délicatesse dans les rapports entre les personnages, dans cette histoire de recherche de ses racines, le film comporte aussi de jolis moments de suspense, à la fin, dans la lignée du film le plus connu de Philippe Lioret, JE VAIS BIEN, NE T'EN FAIS PAS, en 2006, avec Mélanie Laurent et Kad Merad.

Le réalisateur, dont c'est le septième film depuis TOMBÉS DU CIEL en 1993, s'est construit une filmographie de qualité, avec des films émouvants, où la sensibilité et l'humanité des personnages et les préoccupations sociales n'empêchent pas des rebondissements et des surprises dans le scénario. Ses deux derniers films, WELCOME en 2009 (avec Vincent Lindon) et TOUTES NOS ENVIES en 2011 (avec Vincent Lindon et Marie Gillain), témoignent de la qualité de son cinéma.

Pour LE FILS DE JEAN, Philippe Lioret s'est très librement inspiré d'un roman de Jean-Paul Dubois, Si ce livre pouvait me rapprocher de toi (Ed. de l'Olivier). "C’est un grand livre, l’un de ses meilleurs. Je l’avais lu il y a longtemps et, même si je ne voyais pas quel film en faire, il m’en était resté quelque chose de fort et je n’arrivais pas à le ranger sur l’étagère", explique-t-il. "Après WELCOME et TOUTES NOS ENVIES, j’avais envie d’un film solaire et il m’est venu un point de départ qui n’est pas dans ce livre, mais que celui-ci m’a inspiré: celle d’un homme qui découvre qu’il a deux frères inconnus et veut les rencontrer".

C'est le jeune acteur Pierre Deladonchamps, révélé par un rôle plus audacieux dans L'INCONNU DU LAC en 2013, qui interprète avec beaucoup de retenue et de sobriété le rôle de Mathieu. A ses côtés, les acteurs québécois sont formidables, notamment Gabriel Arcand qui interprète Pierre, le meilleur ami de son père disparu et qui l'accueille en le protégeant de sa nouvelle "famille" inconnue.

Jean-Michel Comte

 

LA PHRASE

"Personne ne sait que tu existes" (Pierre, l'ami de son père, à Mathieu).

 

LE FILS DE JEAN

(France/Canada, 1h38)

Réalisation: Philippe Lioret

Avec Pierre Deladonchamps, Gabriel Arcand, Catherine de Léan

(Sortie le 31 août 2016)


Lire cet article et d'autres papiers cinéma, ainsi que toute l'actualité en temps réel, sur FranceSoir.fr