LA MULE

Clint Eastwood embarqué dans un trafic de drogue

Clint Eastwood joue un octogénaire embarqué comme "mule" dans un trafic de drogue (©Warner Bros).
Clint Eastwood joue un octogénaire embarqué comme "mule" dans un trafic de drogue (©Warner Bros).

Comme Woody Allen, Clint Eastwood a souvent été des deux côtés de la caméra, réalisateur et acteur. La carrière de Woody Allen est pour l'instant à l'arrêt, mais ce n'est pas le cas de Clint Eastwood, qui continue de tourner à 88 ans. Dans son nouveau film comme réalisateur (le 38e), LA MULE, il fait son grand retour devant la caméra, pour la première fois depuis GRAN TORINO en 2009.

Il y incarne Earl Stone qui, à l'approche de ses 90 ans, est aux abois. Sa petite entreprise de culture de lys a fermé, il n'a plus un sou, et sa famille le boude –sa femme et sa fille en tête– car il a passé son temps à se consacrer à son travail plutôt qu'à ses proches.

Seule sa petite-fille lui témoigne un peu d'affection et l'invite à ses fiançailles. C'est là qu'un des invités de la fête le remarque et, voyant ses difficultés financières, lui donne l'adresse d'un garage où l'on paye les gens juste pour rouler.

Earl se rend à l'adresse indiquée, où des Latinos l'interrogent. Il a passé sa vie sur les routes, 41 États et des milliers de kilomètres au volant de son vieux pick-up sans jamais un PV. Un vieillard comme lui inspire la confiance: les Latinos lui confient un paquet à aller livrer sur le parking d'un motel à quelques centaines de kilomètres. Sans se douter de rien, Earl devient une "mule" au sein d'un vaste trafic de drogue dont les chefs sont au Mexique…

Le scénario est tiré d'une histoire vraie racontée dans un article du New York Times: un vieux retraité de 90 ans, inspirant confiance a priori, était devenu un passeur de drogue pour le cartel mexicain de Sinaloa. Et, du coup, Clint Eastwood a décidé de jouer lui-même le rôle: "J’ai lu l’article du New York Times qui parle du vrai type dont est inspiré le personnage d’Earl, et je me suis dit que ce serait amusant de jouer quelqu’un de cet âge-là… C’est à dire de mon âge, en fait. J’aime à penser que je suis toujours en train d’observer, d’apprendre, et Earl est comme ça, lui aussi. Plus on avance en âge, plus on se rend compte qu’on ne sait rien. Du coup, on continue à avancer".

L'histoire est racontée avec un suspense policier bien mené, avec les agents de la brigade des stupéfiants (au premier rang desquels un inspecteur incarné par Bradley Cooper) enquêtant sur ce trafic et se lançant aux trousses de cette "mule" mystérieuse et inconnue.

Et Clint Eastwood prend un plaisir évident à refaire l'acteur. "Ce qui est génial chez Clint, c’est qu’à 88 ans, il a dû jouer le fait d’être vieux tellement il est en forme", s’amuse Bradley Cooper. "Clint saute de sa chaise comme un kangourou, mais ce n’est pas le cas d’Earl. C’était amusant de le regarder se comporter comme quelqu’un d’âgé, justement parce que lui est encore un vrai athlète".

Mais le film, outre le suspense de l'histoire, donne aussi l'occasion à Clint Eastwood d'entonner le petit couplet très américain (et autobiographique?) "Rien n'est plus important que la famille. Ne faites pas comme moi: j'ai fait passer le travail avant la famille", avec quelques scènes d'émotion.

Et, surtout, l'acteur-réalisateur aux quatre Oscars, récent électeur de Donald Trump,  méprisé par les critiques (notamment français) quand il interprétait l'inspecteur Harry mais porté aux nues depuis qu'il est réalisateur de films importants et subtils (BIRD, CHASSEUR BLANC COEUR NOIR, UN MONDE PARFAIT, SUR LA ROUTE DE MADISON, MINUIT DANS LE JARDIN DU BIEN ET DU MAL, MILLION DOLLAR BABY), ne manque pas l'occasion de jouer les vieux réactionnaires avec humour et (peut-être) second degré, quand il égratigne notamment la jeune génération accro à Internet, se moque du politiquement correct (une scène hilarante avec un couple de Noirs victimes d'une crevaison) ou dénonce doucement la manière dont on traite les vieux.

A la fin, un dialogue entre Bradley Cooper et lui va bien au-delà du personnage qu'il interprète. "Vous avez suffisamment vécu pour parler sans filtre", dit le premier. "Je n'ai jamais eu de filtre", répond Clint Eastwood.

Jean-Michel Comte

 

LA PHRASE

"C'est le problème avec cette génération: vous ne savez pas ouvrir une conserve sans Internet…" (Clint Eastwood).

 

LA MULE

("The Mule") (États-Unis, 1h56)

Réalisation: Clint Eastwood

Avec Clint Eastwood, Bradley Cooper, Laurence Fishburne

(Sortie le 23 janvier 2019)


Lire cet article et d'autres papiers cinéma, ainsi que toute l'actualité en temps réel, sur FranceSoir.fr