GONE GIRL

Ne pas se fier aux apparences

Ben Affleck recherche sa femme, Rosamund Pike (©20th Century Fox)
Ben Affleck recherche sa femme, Rosamund Pike (©20th Century Fox)

Ne pas se fier aux apparences. Dans son dernier film, David Fincher joue plus que jamais de l’ambiguïté, des faux semblants, des rebondissements que lui offre un scénario en or, tiré d’un roman policier à succès.
Les apparences: c’est le titre (en français) du troisième livre de Gillian Flynn, best-seller de 2012 sous le titre original Gone Girl. Sous le même titre, le film de David Fincher, dont la romancière américaine a signé elle-même l’adaptation, est une formidable machine à suspense.
C’est l’histoire d’un couple idéal qui, peu à peu, se délite. Nick (Ben Affleck), écrivain et prof de littérature, et Amy (Rosamund Pike), qui écrit des livres pour enfants à succès, se rencontrent à New York. C'est le coup de foudre, le mariage, la parfaite entente.
''Tout le monde nous disait et nous répétait que le mariage, c'est du boulot'', écrit Amy dans son journal intime. Pas au début. Oui, mais...
Au bout de trois ans, le couple quitte New York et emménage dans une grande maison dans le Missouri, car Nick veut se rapprocher de sa mère, mourante. Pour le couple, la routine, les malentendus, les disputent s'installent alors.
Le jour de leur cinquième anniversaire de mariage, Nick trouve la maison vide. La table basse du salon a été renversée et cassée, Amy a disparu. Nick signale sa disparition à la police. L'enquête commence.
Peu à peu les jours passent, et peu à peu les maladresses, les mensonges, le comportement de Nick en font un suspect idéal. Alors que toute la ville se mobilise pour retrouver Amy, la question se pose, pour la police comme pour les médias qui se déchaînent: Nick a-t-il tué sa femme?... 
''J’étais persuadée que David Fincher ne ferait pas de Gone Girl un simple film policier mais qu’il trouverait le moyen d’explorer le véritable sujet de l’histoire, qui est le mariage'', explique Gillian Flynn, à la base de tout cela, qui a imaginé une histoire diabolique –BASIC INSTINCT, à côté, c'est BLANCHE-NEIGE...
Depuis 1992, David Fincher a accumulé les succès, sur la base de scénarios souvent bien tordus, pour le plus grand bonheur des spectateurs: ALIEN-3 (avec Sigourney Weaver), SEVEN (avec Brad Pitt et Morgan Freeman), FIGHT CLUB (avec Brad Pitt et Edward Norton), L'ÉTRANGE HISTOIRE DE BENJAMIN BUTTON (avec Brad Pitt et Cate Blanchett), MILLÉNIUM: LES HOMMES QUI N'AIMAIENT PAS LES FEMMES (avec Daniel Craig et Rooney Mara).
Dans GONE GIRL, au portrait habile de ce couple qui se défait –entre amour et possession, bonheur et désillusion–, il ajoute pas mal d'humour noir et surtout une virulente critique de la manière dont les médias américains, et notamment les chaînes de télé en continu, traitent les faits divers.
Dans le film comme dans le livre, chacun raconte sa version: Nick dans ses déclarations à la police au fur et à mesure que l'enquête avance, Amy dans son journal intime au moyen de flash-back.
Cela donne, au fil des minutes, un thriller haletant. Le premier rebondissement survient au bout d’une demi-heure. Et dans la deuxième moitié, le suspense monte et la tension s’amplifie, avec un deuxième, puis un troisième, puis un quatrième rebondissements... Le film dure près de deux heures et demie, mais ça les vaut.
Aux côtés de Ben Affleck, impeccable, l'actrice anglaise Rosamund Pike, aussi séduisante que mystérieuse, trouve ici son meilleur rôle. Elle s'était fait connaître comme rivale de Halle Berry dans le James Bond MEURS UN AUTRE JOUR (2002) avec Pierce Brosnan, puis est apparue notamment dans ORGUEIL & PRÉJUGÉS (avec Keira Knightley) et JACK REACHER (avec Tom Cruise).
David Fincher a soigné aussi les seconds rôles, avec des acteurs peu connus: Carie Coon dans le rôle de Margot, la soeur jumelle de Nick, qui l'aide jusqu'au bout; Kim Dickens, qui joue l'enquêtrice, partagée entre volonté de croire les déclarations de Nick et obligation d'en douter; et surtout l'acteur et réalisateur Tyler Perry, formidable dans le rôle de l'avocat de Nick, qui donne au film un second souffle et un supplément d'humour dans sa seconde moitié.
Et puis il y a les débuts au cinéma du mannequin britannique Emily Ratajkowski, que la plupart des internautes de sexe masculin connaissent depuis l'été 2013, grâce à son apparition très dévêtue dans le clip Blurred Lines des chanteurs Robin Thicke, TI et Pharrell (342 millions de vues sur YouTube dans sa version tous publics, beaucoup plus dans sa version très hot –à revoir ici, si vous y tenez).
On ne révélera pas le rôle qu'elle joue dans le film. Mais, au vu de son physique avantageux, oui, ici on peut se fier aux apparences.
Jean-Michel Comte

LA PHRASE
''Je préfère les hommes drôles aux drôles d'hommes'' (Rosamund Pike, lors de leur première rencontre).

GONE GIRL
(États-Unis, 2h29)
Réalisation: David Fincher
Avec Ben Affleck, Rosamund Pike, Neil Patrick Harris
(Sortie le 8 octobre 2014)

>>> Retrouvez cet article et d'autres dans le n°76 de FranceSoir l'e-mag, disponible sur iPad: http://bit.ly/ZoL5gc et www.francesoir.fr

(©FranceSoir l'e-mag)
(©FranceSoir l'e-mag)