GEMMA BOVERY

Le dernier plaisir de l'été

On a beau dire, le métier de Fabrice Luchini n’est pas toujours facile (©Jérôme Prébois/Gaumont Distribution)
On a beau dire, le métier de Fabrice Luchini n’est pas toujours facile (©Jérôme Prébois/Gaumont Distribution)

C'est bientôt l'automne et donc le moment de profiter des dernières douceurs de l'été. Mélange d'humour et de charme, GEMMA BOVERY, le dernier film d'Anne Fontaine, est la comédie de la rentrée, meilleur antidote au spleen de septembre.
L'humour, c'est Fabrice Luchini, plus ''Woody Allen français'' que jamais, dans un rôle de boulanger bavard, un peu dépressif, soudain gagné par la jalousie.
Le charme, c'est Gemma Arterton, actrice anglaise au physique avantageux, révélée en 2010 par le film de Stephen Frears TAMARA DREWE, et qui fait ici ses débuts en français.
Après 12 ans passés chez un éditeur parisien, Martin Joubert (Fabrice Luchini) s'est installé en Normandie, depuis sept ans, avec sa femme et leur fils adolescent. Il a repris la boulangerie paternelle dans une petite ville et trouve ''l'équilibre et la tranquillité'' en pétrissant sa farine chaque matin.
Ce quinquagénaire ''en préretraite sexuelle et affective'' voit sa vie bouleversée quand débarque un couple d'Anglais dans la maison en face de la sienne. Ils se nomment Charles et Gemma Bovery (Gemma Arterton).
Gemma Bovery: pour Martin, amateur de littérature, c'est un signe du destin. Qu'une jeune femme portant ce nom s'installe en Normandie, là où Gustave Flaubert a écrit son chef d'oeuvre Madame Bovary, l'émeut au plus haut point.
Et ce qui le secoue aussi, bien sûr, c'est le physique de rêve de la jeune femme: tâches de rousseur, regard mutin, lèvres fines, cou gracile et courbes généreuses. Très vite il imagine qu'une si jolie femme ne peut que ressembler à Emma Bovary, malheureuse en ménage, ''une femme qui attend tout de l'amour et qui est toujours déçue''.
Sans lui avouer son fantasme érotico-littéraire, le boulanger intello va être envahi par le charme de cette Gemma Bovery dont les robes légères, les chemisiers moulants et les progrès en français avec son accent anglais lui font tourner la tête. Mais la belle, elle, ne semble même pas s'apercevoir de l'effet qu'elle lui fait...
Anne Fontaine (réalisatrice notamment de NETTOYAGE À SEC, ENTRE SES MAINS, MON PIRE CAUCHEMAR) a adapté ici une bande dessinée de la dessinatrice britannique Posy Simmonds, qui s'est spécialisée dans la caricature des milieux littéraires londoniens. C'est d'ailleurs une autre de ses BD que Stephen Frears avait adaptée pour TAMARA DREWE.
Si Fabrice Luchini est égal à lui-même, avec des dialogues taillés sur mesure et des airs de chien battu qui donnent un côté émouvant à son personnage drôle, c'est bien sûr Gemma Arterton qui est la révélation du film.
Elle a des attraits certains, de faux airs de Laetitia Casta, et un vrai talent d'actrice (elle pleure très bien), mélangeant répliques en anglais et en français. Quand elle relève ses cheveux en chignon pour dégager son cou, quand elle enlève son pull parce qu'il fait trop chaud, quand Fabrice Luchini lui apprend à pétrir la farine pour fabriquer ses croquinettes aux graines de lin, la température monte subitement.
Anne Fontaine a su, grâce à l'actrice, parsemer de sensualité, de lumière et de légèreté une comédie par ailleurs très drôle, bien dialoguée, qui tire aussi beaucoup de son charme de Fabrice Luchini et de son personnage.
La campagne normande finit de donner à ce GEMMA BOVERY la douceur d'une friandise d'été, dont la fin, après quelques invraisemblances, peut certes paraître un peu décevante, un peu bizarre, un peu cul-de-sac.
Mais heureusement une dernière pirouette, hilarante, dans les toutes dernières minutes, dans la Normandie hivernale, termine le film en beauté. On en sort avec un sourire large comme ça et l'envie –dans l'ordre ou dans le désordre– de (re)lire Madame Bovary, de (re)voir TAMARA DREWE et d'aller ouvrir une boulangerie en Normandie…
Jean-Michel Comte

 

LA PHRASE
''Il ne se passe rien. Mais, en même temps, on s'intéresse'' (Gemma Bovery, à propos de Madame Bovary, qu'elle a commencé à lire).

GEMMA BOVERY
(France, 1h39)
Réalisation: Anne Fontaine
Avec Gemma Arterton, Fabrice Luchini, Jason Flemyng
(Sortie le 10 septembre 2014)

>>> Retrouvez cet article et d'autres dans le n°72 de FranceSoir l'e-mag, disponible sur iPad: http://bit.ly/ZoL5gc et www.francesoir.fr

(©FranceSoir l'e-mag)
(©FranceSoir l'e-mag)