EMILY DICKINSON, A QUIET PASSION

Poétesse rebelle et solitaire

Cynthia Nixon interprète avec force et retenue le rôle de la poétesse Emily Dickinson (©Paname Films).
Cynthia Nixon interprète avec force et retenue le rôle de la poétesse Emily Dickinson (©Paname Films).

"Elle fait partie des plus grands poètes américains, mais aussi du monde", dit d'elle le réalisateur britannique Terence Davies. C'est pourquoi il a voulu raconter la vie et dresser le portrait de la plus grande poétesse américaine dans le biopic EMILY DICKINSON.

Née dans une famille aisée du Massachusetts, dans le nord-est des États-Unis, Emily Dickinson (1830-1886) commence dès son adolescence, dans son pensionnat de jeunes filles de bonne famille, à se rebeller contre les discours évangéliques et les traditions immuables. Son père se voit contraint de la ramener au domicile familial, pour le plus grand bonheur de sa soeur Vinnie et de son frère Austin –aussi "sophistiqués" qu'elle, selon leur tante très bigote.

Passionnée de poésie, Emily écrit nuit et jour, dans l’espoir d’être publiée. Mais surtout elle fuit le monde, quitte rarement sa chambre, recluse volontaire murée dans le silence qui se sent heureuse au sein de sa famille.

Elle se trouve moche, s'éprend en vain d'un révérend marié, repousse sans gentillesse les avances d'un beau et jeune admirateur et, surtout, fait la connaissance d'une jeune mondaine indépendante et réfractaire aux conventions sociales, qui partage les mêmes idées qu'elle: féministe, libérale, favorable à l'abolition de l'esclavage, rebelle aux conventions sociales figées. Elle la conforte dans sa volonté de s’opposer à quiconque voudrait lui dicter sa conduite…

"Emily Dickinson n’a été reconnue qu’à titre posthume et je trouve cela profondément injuste. Je me demande toujours comment les grands artistes supportent cet état de fait. En tout cas, elle mérite d’être célébrée à jamais", explique Terence Davies, qui a dressé le portrait d'une artiste solitaire au caractère fort, difficile, intransigeant.

C'est un film pour cinéphiles avertis et/ou amoureux de la poésie qu'il a réalisé, avec la finesse, la délicatesse, la beauté hors du temps et presque désuète mais aussi la révolte rentrée et la force tranquille –et les beaux personnages féminins– qui caractérisent ses films, depuis DISTANT VOICES, STILL LIVES en 1988 jusqu'au récent SUNSET SONG l'an dernier, en passant par THE LONG DAY CLOSES (1991) ou LA BIBLE DE NÉON (1996).

Dans le rôle d'Emily Dickinson, on est envouté par la rigueur, la force et la retenue du jeu de l'actrice américaine Cynthia Nixon, principalement connue pour avoir joué le rôle de Miranda Hobbes dans la série SEX AND THE CITY de 1998 à 2004.

"Un film sur la vie d’une recluse aux idées morbides?", ont d'abord rigolé les producteurs, qui finalement ont été convaincus par l'idée de ce biopic et le talent de Terence Davies pour le réaliser.

Tout au long du film, les courts poèmes d'Emily Dickinson –pas vraiment d'une grande gaité– s'inscrivent en bas de l'écran, comme une voix off écrite. "Toute sa vie durant, elle écrira un poème par jour", dit Terence Davies. "Des poèmes d’une immense rigueur et d’une immense dignité. Des méditations profondes tout en retenue sur la mort, la fugacité de la vie et de la beauté, célébrant en même temps cette vie et cette beauté. Elle distillait toute la beauté et toute la terreur du monde par le verbe afin d’aboutir à sa quintessence".

Jean-Michel Comte

 

LA PHRASE

"J'aimerais être reconnue avant de mourir" (Emily Dickinson).

 

EMILY DICKINSON, A QUIET PASSION

(Grande-Bretagne, 2h05)

Réalisation: Terence Davies

Avec Cynthia Nixon, Jennifer Ehle, Jodhi May

(Sortie le 3 mai 2017)


Lire cet article et d'autres papiers cinéma, ainsi que toute l'actualité en temps réel, sur FranceSoir.fr