DEEPWATER

Piège en haute mer

Pour Mark Wahlberg, c'est urgent: il y a le feu (©StudioCanal/SND Distribution).
Pour Mark Wahlberg, c'est urgent: il y a le feu (©StudioCanal/SND Distribution).

Ce fut, au printemps et à l'été 2010, la pire marée noire de l'histoire des Etats-Unis, qui ravagea les côtes de Louisiane. Le film DEEPWATER raconte de l'intérieur ce qui a provoqué cette catastrophe: l'explosion et l'incendie de la plate-forme pétrolière Deepwater Horizon, le 20 avril 2010, à une soixantaine de kilomètres au sud-est de la Louisiane.

Le film est basé sur les faits et les personnages réels de ce drame. Parmi eux Mike Williams (Mark Wahlberg), électricien, qui quitte sa femme et leur fillette pour trois semaines de travail sur la plate-forme. Il connaît les risques du métier mais fait confiance au professionnalisme de ceux qui travaillent à ses côtés, et notamment de son patron Jimmy Harrell (Kurt Russell).

Tous deux cependant se méfient des hommes de BP, la compagnie pétrolière qui loue la plate-forme pour ces forages de pétrole en mer. Et notamment de Donald Vidrine (John Malkovich), présent sur place, qui ne pense qu'aux bénéfices de la société et donne l'ordre d'avancer les opérations sans remplir tous les contrôles de sécurité.

Ils ont raison de se méfier. Quand a lieu une première explosion, provoquée par des poches instables de gaz méthane qui s'est engouffré dans les tuyaux de forage, c'est le début d'une catastrophe dans laquelle 11 des 126 personnes présentes à bord de la plate-forme seront tuées, leurs corps n'étant jamais retrouvés…

"Je suis intéressé par les histoires mettant en jeu le courage de l'être humain et le combat de l'homme face à l'adversité", dit le réalisateur Peter Berg (qui réalisa notamment le film fantastique HANCOCK en 2008 avec Will Smith et Charlize Theron). "Et ces éléments sont au cœur de cette intrigue. Les hommes et les femmes qui étaient à bord du Deepwater Horizon étaient extrêmement intelligents et qualifiés et ils ont tout mis en œuvre pour tenter d'empêcher l'explosion. Il faut se souvenir que 11 personnes ont perdu la vie sur la plate-forme et que bien plus encore ont été blessées. Et en raison de l'attention médiatique qui, à juste titre, s'est focalisée sur la marée noire, l'héroïsme de ces employés a été oublié. Ce film permet de réparer cette injustice".

Le film est centré sur Mike Williams, le personnage interprété par Mark Wahlberg, qui a été engagé comme consultant sur le tournage. Au début on apprend à connaître le personnage grâce à son environnement familial –gentille femme, fille adorable, humour et décontraction– avant ensuite d'assister à son professionnalisme et son héroïsme pendant la catastrophe.

A l'inverse, John Malkovich a le mauvais rôle, un peu caricatural, celui de l'antipathique cadre supérieur pétrolier qui n'écoute pas les avis des gens compétents et fait passer le profit de la société avant la sécurité des hommes. Dans le film, c'est simple: les gentils ont des combinaisons rouges, les méchants des chemisettes avec le logo BP.

Et bien sûr les effets spéciaux donnent au film un caractère très spectaculaire, qui arrivent quand le spectateur commence à se noyer dans les termes techniques et les explications véristes de cette catastrophe sans précédent.

Jean-Michel Comte

 

LA PHRASE

"Acheter de l'essence… Pour aller bosser… Pour racheter de l'essence… Pour aller bosser" (Kate Hudson, qui joue la femme de Mark Wahlberg, désabusée sur l'existence, à une pompe à essence).

 

DEEPWATER

("Deepwater Horizon") (États-Unis, 1h47)

Réalisation: Peter Berg

Avec Mark Wahlberg, Kurt Russell, John Malkovich

(Sortie le 12 octobre 2016)


Lire cet article et d'autres papiers cinéma, ainsi que toute l'actualité en temps réel, sur FranceSoir.fr