COMME DES BÊTES-2

Les animaux fantastiques

Max le petit terrier jack russell (à droite) et Duke le gros bâtard accompagnent les premiers pas de Liam, l'enfant du foyer (©UPI/Illumination).
Max le petit terrier jack russell (à droite) et Duke le gros bâtard accompagnent les premiers pas de Liam, l'enfant du foyer (©UPI/Illumination).

Que font les jouets quand les humains ont le dos tourné? La réponse est dans les quatre TOY STORY. Et que font les animaux domestiques à l'insu de leurs maîtres? C'est ce que racontait en 2016 le film COMME DES BÊTES, dont la suite sort ce mercredi 31 juillet sur les écrans.

Trois ans après, on retrouve donc Max, gentil jack russell new-yorkais qui a appris à partager: sa maîtresse a ramené à la maison un gros bâtard mal dégrossi, Duke, puis s'est mariée et a eu un bébé, Liam. Le gamin fait ses premiers pas et Max, surprotecteur, est sans cesse en alerte, nerveux et inquiet. Il est tellement stressé qu'après une visite chez le vétérinaire, on lui impose un traitement contre l’anxiété et une collerette pour arrêter de se gratter.

Heureusement, un week-end à la campagne va (peut-être) lui permettre de souffler et de se calmer. Avec Duke, Liam et ses parents, Max débarque dans une ferme bien éloignée des dangers new-yorkais et où règne en sage le vieux berger Rico.

Mais pendant ce temps-là, à New York, il s'en passe de belles avec les voisins du quartier de Max et Duke. Gidget, la petite Loulou de Poméranie, doit récupérer dans un appartement infesté de chats méchants le jouet préféré de Liam que lui avait confié Max. Et Pompon, le lapin nain qui se prend pour un super-héros, va essayer de sauver un bébé tigre maltraité dans un cirque gardé par des loups (méchants eux aussi). Tout cela avec l'aide de Daisy, petite chienne shih tzu brave et téméraire, et de l’imposante Chloe, grosse chatte délaissée et un peu sournoise, complètement accro à l’herbe à chat…

La double histoire de ce second film renouvelle l'intérêt et l'humour du premier, gros succès il y a trois ans (875 millions de dollars de recettes dans le monde, 3,4 millions de spectateurs en France). "Il est évident que le premier film a touché une corde sensible auprès du public, et ce par le simple fait qu’on ait mis en scène des animaux domestiques. Le postulat de base est simple, il suffit de rester au plus près du caractère des animaux tout en inventant ce qu’ils peuvent bien manigancer quand nous sommes absents", explique le coréalisateur (avec Jonathan Del Val) Chris Renaud, déjà coréalisateur du premier COMME DES BÊTES et des deux premiers MOI, MOCHE ET MÉCHANT en 2010 et 2013, et qui a coproduit le troisième en 2017 ainsi que LES MINIONS en 1915, pour le compte des studios Illumination, rivaux des Disney, Pixar, DreamWorks et autres Fox, Sony ou Warner dans le domaine des films d'animation.

C'est un gentil film familial pour l'été, avec des séquences très drôles (Gidget qui apprend à se comporter comme un chat) ou attendrissantes (l'école des chiots), avec un personnage de Rico charismatique, et un générique de fin rigolo. Et quelques similitudes avec TOY STORY-4 (un séjour en vacances avant/après le premier jour d'école du gamin et un chien/jouet en protecteur zélé et inquiet).

Dans la version française, l'humoriste Willy Rovelli assure à nouveau la voix de Pompon, Karine Le Marchand est une vache de la ferme, et pour les autres personnages on retrouve la bande des deux BABYSITTING (Philippe Lacheau pour Max, Julien Arruti pour Duke, Elodie Fontan pour Chloe et Tarek Boudali pour l'odieux propriétaire du cirque).

Jean-Michel Comte

 

LA PHRASE

"Les chiens n'ont que deux choses dans la vie: leur gamelle et leur dignité. Tu leur en enlèves une, tu enlèves l'autre" (Rico).

 

COMME DES BÊTES-2

("The Secret Life of Pets-2") (États-Unis, 1h27)

Réalisation: Chris Renaud et Jonathan Del Val

(Animation)

(Sortie le 31 juillet 2019)


Lire cet article et d'autres papiers cinéma, ainsi que toute l'actualité en temps réel, sur FranceSoir.fr