CAPTAIN AMERICA: CIVIL WAR

Les Avengers se déchirent

Captain America a rassemblé son équipe, Iron Man la sienne. Le combat des super-héros peut commencer (©The Walt Disney Company).
Captain America a rassemblé son équipe, Iron Man la sienne. Le combat des super-héros peut commencer (©The Walt Disney Company).

Cela fait huit ans que Tony Stark (Robert Downey Jr) a lâché "Je suis Iron Man", lançant ainsi la campagne des films Marvel et de leurs héros qui, à chaque fois, sauvent le monde de terribles ennemis aux pouvoirs destructeurs.

Seulement voilà, à force de faire exploser la moitié de la planète dans une dizaine de films (IRON MAN 1, 2 et 3, CAPTAIN AMERICA 1 et 2, THOR 1 et 2, AVENGERS 1 et 2...), cela devait bien finir par faire des histoires. Avec CAPTAIN AMERICA: CIVIL WAR, les héros sont (enfin) confrontés aux conséquences de leurs actes.

Après leurs derniers exploits, les Avengers sont considérés comme incontrôlables par les gouvernements du monde, qui demandent à ce qu'ils soient mis au pas. Un choix auquel il faut se soumettre pour Tony Stark, mais inacceptable pour Steve Rogers/Captain America (Chris Evans). Comme l'indique le titre du film, les deux hommes vont entrer en guerre civile, chacun avec son équipe de héros.

Le résultat aurait pu être lassant et tomber dans l'inventaire en s'attardant sur chacun des 11 Avengers présents. Mais les réalisateurs Anthony et Joe Russo ont su éviter ce piège et tirer le meilleur de chacun des personnages pour un résultat puissant, fluide et souvent drôle. L'introspection est réservée au Captain et à Tony Stark, les autres héros se cantonnent à ce qu'ils savent faire de mieux, chacun dans leur style.

Cette recette allège le scénario mais oblige à avoir vu au moins AVENGERS-2 et CAPTAIN AMERICA: LE SOLDAT DE L'HIVER pour comprendre l'histoire, et même ANT-MAN pour en profiter pleinement. Le film est de toute manière conçu pour les fans de cet univers.

Autant dire qu'il aurait pu (dû?) s'appeler AVENGERS-3. Si ce n'est que les nombreuses scènes d'action sont plus proches d'un CAPTAIN AMERICA, avec des courses-poursuites et des bastons mano a mano. Le combat entre super-héros tient pourtant ses promesses et reste spectaculaire sans tomber dans l'excès de villes qui s'envolent ou d'invasions extraterrestres par portail inter-dimensionnel.

Petit bémol, le début peut paraître un peu long puisque la confrontation annoncée doit tout de même être mise en place pour que le scénario se tienne. Les débats sur le rôle des super-héros lassent au bout d'un moment et certaines des premières scènes de combat sont très improbables. Mais le film garde un bon rythme et s'inscrit dans un monde (un peu) plus réaliste, sans dieu du Tonnerre ou géant vert indestructible.

L'arrivée de petits nouveaux permet de renouveler un peu l'équipe, et pour la production de préparer leurs épisodes dédiés. La Panthère noire (Chadwick Boseman) dévoile ses griffes à deux ans de la sortie de son propre film. Mais c'est surtout le nouveau Spider-Man, cette fois incarné par Tom Holland, qui fait une apparition attendue et très prometteuse.

Une nouvelle fois, les Avengers ne déçoivent pas. Ils parviennent même à trouver un peu plus d'originalité avec cette interrogation sur leurs droits et devoirs et un scénario moins manichéen. Ce n'est toujours pas le film le plus profond de l'année, mais son succès, déjà garanti, sera mérité.

Victor Lefebvre

 

LA PHRASE

"Rien ne nous oblige à nous battre, Tony" (Captain America à Iron Man).

 

CAPTAIN AMERICA: CIVIL WAR

(États-Unis, 2h27)

Réalisation: Anthony Russo et Joe Russo

Avec Chris Evans, Robert Downey Jr., Scarlett Johansson

(Sortie 27 avril 2016)

Lire cet article et d'autres papiers cinéma, ainsi que toute l'actualité en temps réel, sur FranceSoir.fr