CAKE

Enfin un grand rôle pour Jennifer Aniston

Jennifer Aniston pleure beaucoup (©Warner Bros).
Jennifer Aniston pleure beaucoup (©Warner Bros).

Le rôle de Rachel, qu'elle a tenu pendant 10 ans dans la série télévisée FRIENDS (de 1994 à 2004), lui colle à la peau. Au cinéma, elle a multiplié les apparitions mais sans attirer spécialement l'attention (sauf peut-être dans THE GOOD GIRL en 2003). Dans le film CAKE, Jennifer Aniston obtient enfin un grand rôle et montre, à 46 ans, une facette de son talent qu'on ne lui connaissait pas.

Elle y interprète Claire, une femme aisée qui vit dans une grande villa de Los Angeles avec piscine, jardin et femme de ménage, mais qui est brisée. Physiquement et moralement.

Physiquement parce qu'elle a des cicatrices sur le visage et sur le corps, qu'elle souffre de la colonne vertébrale, qu'elle est obligée de suivre une rééducation longue et pénible. La douleur l'oblige à prendre quantité de médicaments quotidiennement.

Moralement parce qu'elle vit seule, son mari vient de la quitter, ses amis ont pris leurs distances, son groupe de soutien féminin l'a rejetée. Car elle est insupportable: cassante avec les autres, cynique, désenchantée, constamment de mauvais caractère, elle a du mal à dissimuler son mal-être et à accepter son sort.

On apprendra en milieu de film ce qui lui est arrivé, comment et pourquoi elle en est arrivée là. Seule sa femme de ménage (Adriana Barraza) la soutient encore, désespérée de la voir sombrer, accro à l'alcool et aux tranquillisants.

Le suicide d'une des membres de son groupe de soutien va constituer pour Claire un déclic. Elle aussi a des pensées suicidaires. Mais quand elle décide d'aller rendre visite au mari de la défunte (Sam Worthington), resté seul avec son fils de cinq ans, elle trouve un intérêt à vivre  ̶ à survivre.

Dans ce film un peu oppressant et morbide, même s'il se veut optimiste, Jennifer Aniston pleure, engueule tout le monde, est mal peignée et mal habillée, boit du chardonnay blanc à 10h du matin et écoute en boucle Honesty de Billy Joel: on voit bien que ce n'est pas la grande forme. Mais ce rôle de femme déprimée, ce n'est pas du gâteau: Jennifer Aniston y met une conviction discrète, permanente, intense, qui fait qu'on y croit. On ne l'avait jamais vue comme ça.

Dans le rôle de la femme de ménage fidèle et bienveillante, l'actrice mexicaine Adriana Barraza (elle jouait déjà la nounou des enfants de Brad Pitt et Cate Blanchett dans BABEL) lui vole un peu la vedette. Et l'on est agréablement surpris de voir Sam Worthington dans un rôle intimiste et tout en nuances, loin d'AVATAR qui l'a rendu célèbre ou du CHOC DES TITANS.

CAKE est le deuxième film du réalisateur Daniel Barnz, après PHOEBE IN WONDERLAND passé relativement inaperçu en 2008. Ce n'est pas un grand film, mais Jennifer Aniston, dans un grand rôle, lui donne un peu d'épaisseur. Quant à la signication du titre, il faudra attendre la fin du film...

Jean-Michel Comte


LA PHRASE

"Vous êtes riche et blanche. Avez-vous déjà été arrêtée?" (un pharmacien mexicain, à Jennifer Aniston).


CAKE

(États-Unis, 1h42)

Réalisation: Daniel Barnz

Avec Jennifer Aniston, Adriana Barraza, Sam Worthington

(Sortie le 8 avril 2015)


Lire cet article et d'autres papiers cinéma, ainsi que toute l'actualité en temps réel, sur FranceSoir.fr