ACTUS CINÉMA: 1ER TRIMESTRE 2013


Cannes: l'affiche du Festival 2013

Vendredi 22 mars 2013

L'affiche du 66e Festival de Cannes (©Paramount Pictures/ Llenroc Productions/ Agence Bronx)
L'affiche du 66e Festival de Cannes (©Paramount Pictures/ Llenroc Productions/ Agence Bronx)

Les organisateurs du Festival de Cannes (15-26 mai) ont rendu publique vendredi 22 mars l'affiche du 66e Festival. Il s'agit d'une photo de Joanne Woodward et Paul Newman, prise sur le tournage du film LA FILLE À LA CASQUETTE (A New Kind of Love), de Melville Shavelson en 1963.
C'est ''un couple qui incarne à la perfection l’esprit du cinéma'', soulignent les responsables du Festival, pour qui c'est ''l’occasion de rendre hommage à la mémoire de Paul Newman, disparu en 2008, et de faire un salut plein d’admiration à Joanne Woodward, sa femme et son interprète d’élection''.
Le Festival de Cannes les avait accueillis en 1958 --année de leur mariage-- en sélectionnant en compétition LES FEUX DE L’ÉTÉ (The Long Hot Summer) de Martin Ritt, premier film qu’ils tournèrent ensemble.

''La photo de tournage a été isolée puis retravaillée et mise en scène par l’agence Bronx, qui l’a intégrée à un décor cinétique, jouant sur l’impression de mouvement et de profondeur pour renforcer l’effet cinématographique'', précise le Festival.
''L’affiche donne une image lumineuse et tendre du couple moderne, enlacé en une figure d’équilibre parfait dans ce qui évoque le tourbillon de l’amour. La vision de ces deux amoureux pris de vertige et perdant tout repère appelle à vivre le cinéma comme un désir sans fin''...

Stéphane Piernalin

 


Gatsby sur la Croisette

Mardi 12 mars 2013

Leonardo DiCaprio et Carey Mulligan (©Warner Bros.)
Leonardo DiCaprio et Carey Mulligan (©Warner Bros.)

La rumeur courait depuis plusieurs semaines, c'est maintenant officiel: GATSBY LE MAGNIFIQUE fera l'ouverture du 66e Festival de Cannes, le mercredi 15 mai, ont annoncé les organisateurs ce mardi 12 mars.

Le film du réalisateur australien Baz Luhrmann, avec Leonardo DiCaprio, Tobey Maguire et Carey Mulligan, adapté du roman de Francis Scott Fitzgerald, sera projeté hors-compétition, en 3D.

''Pour tous ceux qui ont travaillé sur GATSBY, c’est un grand honneur que de faire l’ouverture du Festival de Cannes'', a déclaré Baz Luhrmann, cité par le Festival. ''Je suis très fier de revenir dans un pays et un festival qui se sont toujours montrés généreux avec moi. Et heureux de voir ce film projeté à Cannes, pas très loin de Saint-Raphaël où Scott Fitzgerald a écrit parmi les passages les plus poignants et les plus émouvants de son extraordinaire roman''.

Le film sortira dans les salles françaises le même jour, mercredi 15 mai.

Baz Luhrmann a été accueilli à deux reprises par le Festival de Cannes pour BALLROOM DANCING, projeté dans la section Un Certain Regard en 1992, et pour MOULIN ROUGE! qui fit lui aussi l'ouverture lors du 54e Festival en 2001.

Leonardo DiCaprio, lui, n'était pas venu sur la Croisette depuis 2007 et la présentation de LA ONZIÈME HEURE, un documentaire défendant la cause écologiste, dont il était le producteur.

Stéphane Piernalin



Festival de Cannes: Steven Spielberg président du jury

Jeudi 28 février 2013

Steven Spielberg présidera le jury du 66e Festival de Cannes (©Georges Biard/Wikimedia)
Steven Spielberg présidera le jury du 66e Festival de Cannes (©Georges Biard/Wikimedia)

C'est Steven Spielberg qui présidera le jury du 66e Festival de Cannes (15-26 mai), ont annoncé jeudi 28 février les organisateurs. Le réalisateur et producteur américain succèdera dans cette fonction à son confrère italien Nanni Moretti.

''Mon admiration pour la façon inébranlable dont le Festival de Cannes défend le cinéma international est totale. Car Cannes est le plus prestigieux de tous les festivals, ce qui lui permet de continuer à affirmer que le cinéma est un art qui transcende les cultures et les générations'', a déclaré Spielberg, cité par le Festival.

''Comme on dit outre-Atlantique, Steven Spielberg est un regular de Cannes: SUGARLAND EXPRESS, COLOR PURPLE'', a précisé de son côté le président du Festival, Gilles Jacob. ''Mais c’est E.T., que j’ai montré en 1982 en première mondiale, qui a tissé des liens qu’on n’oublie pas. Depuis, j’ai souvent demandé à Steven de présider le jury, mais à chaque fois, il me répondait qu’il tournait. Aussi cette année, quand on m’a dit E.T. phone home, j’ai compris et j’ai répondu: enfin!''

''Ses films mais aussi son engagement tous azimuts font de lui, année après année, l’égal des plus grands cinéastes d’Hollywood. Nous sommes fiers de l’accueillir'', a ajouté Thierry Frémaux, Délégué général du Festival.

Steven Spielberg a été snobé par les votants de l'Académie des Oscars le 24 février, son dernier film LINCOLN n'obtenant pas de récompense dans les catégories reines du meilleur film ou du meilleur réalisateur. Mais le film a tout de même remporté deux statuettes: celle des meilleurs décors et surtout celle du meilleur acteur pour Daniel Day-Lewis.

La sélection des films retenus pour le 66e Festival de Cannes devrait être annoncée mi-avril.

JmC

 


Oscars: et Michelle Obama ouvrit l'enveloppe...

Lundi 25 février 2013

Michelle Obama a annoncé le nom de l'Oscar du meilleur film: ARGO, de Ben Affleck (©The Oscars/Twitter)
Michelle Obama a annoncé le nom de l'Oscar du meilleur film: ARGO, de Ben Affleck (©The Oscars/Twitter)

Vous imaginez Valérie Trierweiler en direct de l'Élysée ouvrant l'enveloppe contenant le nom du meilleur film de l'année? Non? Vous n'imaginez pas? Eh bien vous avez compris la différence entre les César et les Oscars.

C'est Michelle Obama, en direct de la Maison Blanche, qui a ouvert dimanche soir 24 février l'enveloppe dans laquelle figurait le nom de l'Oscar du meilleur film: ARGO, de Ben Affleck. Par liaison satellite avec le Dolby Theatre de Los Angeles où Jack Nicholson était sur la scène pour cette dernière récompense de la 85e cérémonie des Oscars, la First Lady, dans une robe longue à paillettes argentées, a dit un petit mot pour féliciter et remercier l'industrie du cinéma: ''Chaque jour, en s'engageant dans les arts, nos enfants apprennent à avoir des rêves un peu plus grands, et à se battre chaque jour pour réaliser ces rêves. Je veux vous remercier tous pour être partie prenante de ce travail d'importance vitale''.

ARGO était le favori, et Ben Affleck, également co-producteur du film, n'a pas caché sa joie en recevant l'Oscar, même s'il avait été snobé par la profession dans les catégories meilleur réalisateur et meilleur acteur pour ce même film. Mais, alors qu'on attendait Steven Spielberg pour cet Oscar du meilleur réalisateur pour LINCOLN, c'est Ang Lee, pour L'ODYSSÉE DE PI, qui a créé la surprise et l'a emporté.

Pas de surprise en revanche pour l'Oscar du meilleur acteur: Daniel Day-Lewis a remporté sa troisième statuette pour LINCOLN. Il l'a reçue des mains de Meryl Streep, ce qui lui a donné l'occasion de faire de l'humour: ''Il y trois ans, nous avons décidé d'échanger (les rôles) car je m'étais engagé à jouer Margaret Thatcher'' dans LA DAME DE FER, ''Meryl était le premier choix de Steven (Spielberg) pour LINCOLN...''

L'Oscar de la meilleure actrice est revenue à la jeune Jennifer Laurence pour HAPPINESS THERAPY, qui a ainsi battu Jessica Chastain, donnée favorite pour ZÉRO DARK THIRTY, et Emmanuelle Riva, à qui elle a souhaité un ''bon anniversaire'': l'actrice française, César de la meilleure actrice vendredi pour AMOUR, fêtait ce dimanche ses 86 ans.

Comme prévu, Anne Hathaway a obtenu son premier Oscar, celui du meilleur second rôle féminin, pour LES MISÉRABLES. Mais surprise pour le meilleur second rôle masculin, le grand favori Robert De Niro, dans HAPPINESS THERAPY, a été battu par Christoph Waltz, pour DJANGO UNCHAINED.

Enfin l'Oscar du meilleur film étranger est revenu à AMOUR, de Michael Haneke, qui représentait l'Autriche (alors qu'il était considéré comme un film français lors des César). ''Merci beaucoup pour cet honneur'', a dit en anglais le réalisateur autrichien, avant d'ajouter, en faisant allusion à Emmanuelle Riva et Jean-Louis Trintignant: ''Je remercie aussi mes deux acteurs, car sans eux je ne serais pas ici''.

S.P.

 

Retrouvez ici le palmarès complet des Oscars.

 


38e cérémonie des César: grand AMOUR sur le cinéma français

Samedi 23 février 2013

Emmanuelle Riva dans AMOUR (©Les Films du Losange)
Emmanuelle Riva dans AMOUR (©Les Films du Losange)

Déjà couronné de la Palme d'or au Festival de Cannes en mai 2012, AMOUR a été le grand vainqueur de la 38e cérémonie des César, vendredi 22 février au théâtre du Châtelet à Paris. Le film de Michael Haneke a reçu les cinq principales récompenses: meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur scénario et meilleurs actrice et acteur pour Emmanuelle Riva et Jean-Louis Trintignant.

Cela fait plusieurs années maintenant que le réalisateur autrichien tourne en France, en français, avec des acteurs français. Mais ce triomphe le fait accepter dans ''la grande famille'' du cinéma français, a fait remarquer sa productrice Margaret Menegoz, qui le représentait en son absence. Jean-Louis Trintignant était lui aussi absent, car il joue en ce moment au théâtre à Bruxelles, mais il a pu remercier les membres de l'Académie des arts et techniques du cinéma, en direct au téléphone, alors que son fils Vincent recevait le César en son nom.

Emmanuelle Riva, elle, était présente sur la scène du Châtelet et a reçu une longue ovation debout, avant de dire quelques mots de remerciement et d'expliquer qu'elle considérait le cinéma d'abord comme un travail d'équipe. C'est Omar Sy, sacré meilleur acteur l'an dernier pour INTOUCHABLES, qui lui a remis son César et l'a aidée à le porter: ''Il est plus lourd que moi!'', a plaisanté l'actrice, qui devait fêter ses 86 ans ce dimanche à Los Angeles, à la cérémonie des Oscars, dans laquelle elle était nommée comme meilleure actrice. Dans AMOUR, elle et Jean-Louis Trintignant, 82 ans, interprètent un couple de personnes âgées qui voient leur vie bouleversée par la dégradation inéluctable de l'état physique de la femme, frappée par un accident et dont le mari continue de s'occuper au quotidien.

Ce grand et beau film et son duo d'acteurs –qui n'avaient jamais eu de César auparavant, mais il est vrai que la cérémonie n'existe que depuis 37 ans-- ont, en toute logique, éclipsé les autres lauréats de la soirée. Arrivé en tête des nominations (13 au total), CAMILLE REDOUBLE de Noémie Lvovsky est reparti bredouille –ce sont des choses qui arrivent--, tandis que DE ROUILLE ET D'OS de Jacques Audiard et LES ADIEUX À LA REINE de Benoît Jacquot ont récolté respectivement quatre et trois César. Pour les seconds rôles, c'est le duo du film LE PRÉNOM, Valérie Benguigui et Guillaume de Tonquedec, qui ont été distingués. Et, à quelques heures des Oscars, l'Académie des César a fait le bon choix en votant pour ARGO, de Ben Affleck, comme meilleur film étranger.

En recevant un César d'honneur remis par Michel Hazanavicius, le réalisateur de THE ARTIST, l'acteur américain Kevin Costner a été gratifié de l'autre ovation debout de la soirée, rare moment d'émotion d'une cérémonie qui, encore une fois, a souvent brillé par la médiocrité et la longueur des discours de remerciements des vainqueurs.

A de rares exceptions près (Emmanuelle Riva et Jean-Louis Trintignant, notamment, ou Iza Higelin, César du meilleur espoir féminin pour MAUVAISE FILLE), les gagnants, artistes ou techniciens, ont fait preuve d'un amateurisme et d'un manque de classe qu'on pardonnerait difficilement à un footballeur à qui on tendrait le micro à la mi-temps d'un match: et merci à mon producteur, et merci à Vincent et à Fabien et à Micheline et surtout à Claudette, et je n'avais rien préparé mais merci à mes parents et à mes enfants, et merci à mon agent, et pour finir merci à l'équipe du film sans qui tout cela n'aurait pas été possible, et je veux dédier ce César à Olivier et à Marie-Ève qui m'ont toujours soutenu(e), et voilà je ne sais quoi dire d'autre, et pour finir je voudrais aussi remercier le réalisateur qui m'a fait confiance depuis le début, et je voulais rajouter un mot sur les problèmes de la profession au sujet des délocalisations et du crédit d'impôt, et pour finir...

Malgré les efforts louables et l'humour du président de la soirée Jamel Debbouze, les jeux de mots approximatifs du maître de cérémonie Antoine de Caunes, les gags sentant le déjà-vu des quelques humoristes de service (Laurent Lafitte s'en est mieux tiré que François Damiens, cette année) et les allusions répétées pour happy few aux deux grandes affaires qui ont récemment secoué le petit milieu du cinéma (l'exil de Gérard Depardieu et la tribune du producteur Vincent Maraval sur les rémunérations excessives des acteurs) ont fini de rendre très quelconque le niveau de cette 38e cérémonie, sous le regard de la ministre de la Culture Aurélie Filippetti.

Bref, pour le César de la meilleure cérémonie, pas sûr qu'on vote pour 2013.

Jean-Michel Comte

 

Pour retrouver le palmarès complet des 38es César, cliquez ici.

Retrouvez ci-dessous la bande-annonce d'AMOUR:


Sous le soleil de Pialat

Lundi 18 février 2013

(©DR/ Cinémathèque française)
(©DR/ Cinémathèque française)

Dix ans après la mort de Maurice Pialat, en janvier 2003, la Cinémathèque française rend hommage au réalisateur d'À NOS AMOURS, POLICE et SOUS LE SOLEIL DE SATAN par une exposition et une rétrospective de ses dix films. L'occasion de remettre en lumière ce cinéaste au caractère bien trempé qui eut d'abord pour passion la peinture.

L'exposition, présentée jusqu'au 7 juillet, est d'ailleurs intitulée "Pialat, peintre et cinéaste". On y découvre une quarantaine de tableaux et dessins qu'il a réalisés entre 1942 et 1946, alors qu'il était étudiant aux Arts décoratifs.

Peut-on pour autant faire un lien entre ses tableaux et les films qu'il va tourner par la suite? "Difficile de répondre", a affirmé Serge Toubiana, directeur général de la Cinémathèque, lors de la présentation à la presse de cette exposition organisée en partenariat avec Gaumont. Rarement présentés, ces dessins et tableaux "méritaient d'être remontrés, exposés, et commentés", a-t-il en tous cas précisé.

C'est grâce à sa veuve, Sylvie Pialat, qui a fait don des archives du cinéaste à la Cinémathèque, que l'exposition a pu être montée. Tout au long du parcours, on s'attarde sur des notes, des scénarios annotés, des correspondances, des photos, des affiches et d'autres documents. Des costumes ayant servi pour le tournage de VAN GOGH sont également exposés, et on peut voir des extraits de films, des entretiens, essais d'acteurs...

Après ses études aux Arts Déco, Pialat est visiteur médical pendant dix ans. Il réalise son premier long-métrage, L'ENFANCE NUE, en 1968. En 1987, il obtient la consécration en remportant la Palme d'or au Festival de Cannes pour SOUS LE SOLEIL DE SATAN, avec Sandrine Bonnaire (révélée dans À NOS AMOURS) et Gérard Depardieu. Pialat joue lui-même un rôle dans son film. Répondant aux sifflets qu'il entend dans la salle en recevant son trophée, il lance, le poing levé, un "je ne vous aime pas non plus" qui restera célèbre.

"Il n'était pas facile à produire", raconte Nicolas Seydoux. "Passer de la page écrite au tournage était une angoisse indicible" pour lui, poursuit le président de Gaumont, en notant que "ses films n'existeraient pas" sans la collaboration du producteur Daniel Toscan du Plantier (décédé un mois après Pialat) qui a été "le souffre-douleur" de la "souffrance" du cinéaste, et son "deuxième accoucheur".

"Jamais content de rien", "il avait l'art de transformer le succès en truc chiant", s'amuse pour sa part aujourd'hui Sylvie Pialat, en soulignant quand même que grâce à la naissance de son fils, Antoine, il avait "découvert un truc". "Antoine, il a connu un père dingue de lui", se souvient-elle. 

Après SOUS LE SOLEIL DE SATAN, Pialat tourne encore VAN GOGH (un hommage du "peintre" Pialat à un génie de la peinture), avec Jacques Dutronc, et LE GARÇU, en 1995, avec Géraldine Pailhas, Dominique Rocheteau, et --encore-- Gérard Depardieu. Le cinéaste tire sa révérence le 11 janvier 2003, à 77 ans.

Pierre-Yves Roger

> Exposition "Pialat, peintre et cinéaste": du 20 février au 7 juillet 2013. 

 


MONSTRES ACADEMY: la bande-annonce

Samedi 15 février 2013

Bob et ses amis monstres vont à la fac (©Disney/Pixar)
Bob et ses amis monstres vont à la fac (©Disney/Pixar)

Dix ans après MONSTRES ET CIE, ils reviennent. Dans MONSTRES ACADEMY, sur les écrans français le 10 juillet prochain, les gentils monstres gaffeurs et rigolos vont à la fac. Bob Razowski dit "Bob" (la boule verte avec un seul oeil) et Jacques Sullivent dit "Sulli" (le gos yetti vert-bleu) sont inséparables, mais cela n’a pas toujours été le cas. Quand ils se sont rencontrés, ces deux monstres très différents se sont tout de suite détestés. Mais dans le film, ils surmontent leurs différences pour devenir les meilleurs amis du monde.

Les studios Disney-Pixar viennent de publier la bande-annonce du film, réalisé par Dan Scanlon, avec dans la version originale les voix de Billy Crystal, John Goodman, Steve Buscemi. La voici, ci-dessous. Et pour les fans, le site de Disney propose un quizz: cliquez ici.

S.P.


C'est la guerre des Saint-Laurent

Lundi 11 février 2013

Le vrai Yves Saint-Laurent (©DR)
Le vrai Yves Saint-Laurent (©DR)

Comme pour COCO CHANEL, BLANCHE-NEIGE ou LA GUERRE DES BOUTONS, deux projets de films rivaux sont sur les rails à propos d'Yves Saint-Laurent, le grand couturier disparu en 2008. Les deux films sont actuellement en tournage ou en préparation, et les premières images viennent d'être diffusées dans la presse.

Le premier projet, le plus avancé, s'intitule YVES SAINT-LAURENT et est réalisé par Jalil Lespert, le comédien passé déjà deux fois derrière la caméra pour 24 MESURES et DES VENTS CONTRAIRES. Le film a obtenu l'aval de Pierre Bergé, qui fut pendant un demi-siècle le compagnon d'Yves Saint-Laurent. C'est le jeune comédien Pierre Niney, remarqué l'an dernier dans COMME DES FRÈRES (avec François-Xavier Demaison et Nicolas Duvauchelle) et bientôt à l'affiche de 20 ANS D'ÉCART aux côtés de Virginie Efira, qui a été choisi pour incarner Yves Saint-Laurent. Guillaume Galienne, dans le rôle de Pierre Bergé, et Charlotte Le Bon font partie de la distribution. Le film racontera l'histoire d'amour entre Yves Saint Laurent et Pierre Bergé, d'où l'accord de celui-ci indispensable pour les producteurs, même s'il n'intervient pas dans l'écriture du scénario.

L'autre film en projet, intitulé SAINT-LAURENT, n'a pas reçu l'accord de Pierre Bergé. Il sera réalisé par Bertrand Bonello (le réalisateur de L'APPOLONIDE - SOUVENIR DE LA MAISON CLOSE) et aura comme acteurs Gaspard Ulliel en YSL, Jérémie Rénier en Pierre Bergé et Léa Seydoux. Il se concentrera sur la période 1965-1976 et racontera la percée du célèbre styliste qui, après son licenciement de chez Dior, fondera sa propre maison de couture.

YVES SAINT-LAURENT ou SAINT-LAURENT, Pierre Niney ou Gaspard Ulliel, Jalil Lespert ou Bertrand Bonello? Faites vos choix...

Stéphane Piernalin

Pierre Niney (©Guillaume Faure/SND Distribution)
Pierre Niney (©Guillaume Faure/SND Distribution)
Gaspard Ulliel (©DR)
Gaspard Ulliel (©DR)

Le père de Yoda et de Jabba le Hutt est mort

Jeudi 7 février 2013

Yoda, le maître jedi de STAR WARS (©Lucasfilm)
Yoda, le maître jedi de STAR WARS (©Lucasfilm)

Stuart Freedom, le maquilleur britannique des personnages de Yoda, Jabba le Hutt, Chewbacca ou les Ewoks dans la saga STAR WARS, est mort mercredi 6 février à Londres à l'âge de 98 ans, a annoncé la compagnie Lucasfilm.

Il avait travaillé sur les trois premiers films de la série, LA GUERRE DES ETOILES en 1977 (rebaptisé STAR WAR EPISODE IV: UN NOUVEL ESPOIR) réalisé par George Lucas, L'EMPIRE CONTRE-ATTAQUE en 1980 réalisé par Irvin Kershner et LE RETOUR DU JEDI en 1983 réalisé par Richard Marquand.

''Stuart était déjà une légende du maquillage quand il a commencé STAR WARS'', a déclaré George Lucas dans un communiqué. ''Il a apporté avec lui non seulement des décennies d'expérience, mais une énergie créative débridée. Son sens artistique et son savoir-faire survivront éternellement dans les personnages qu'il a créés. Ses créatures de STAR WARS peuvent être réinterprétées différemment par les nouvelles générations, mais au plus profond d'elles-mêmes elles continuent d'être ce que Stuart avait créé pour les films originaux''.

Stuart Freeborn avait également travaillé sur 2001, L'ODYSSEE DE L'ESPACE et DOCTEUR FOLAMOUR de Stanley Kubrick, et sur les quatre SUPERMAN avec Christopher Reeve. Il avait débuté sa carrière dans les années 30 en Europe avec le réalisateur Alexander Korda, avait maquillé notamment au début de sa carrière Marlene Dietrich et Vivian Leigh, et avait aussi travaillé sur le OLIVER TWIST de David Lean en 1948 avec Alec Guinness.

Stéphane Piernalin


Ovation pour Omar Sharif aux Prix Henri-Langlois

Lundi 28 janvier 2013

Omar Sharif lundi 28 janvier aux Prix Henri-Langlois (©François Vila)
Omar Sharif lundi 28 janvier aux Prix Henri-Langlois (©François Vila)

Omar Sharif, 80 ans et toujours l'oeil vif et la silhouette élancée, a reçu une ovation debout du public rassemblé à l'hôtel de ville de Vincennes (Val-de-Marne) lundi soir 28 janvier, lors de la cérémonie de remise des 8èmes Prix Henri-Langlois. L'acteur égyptien, inoubliable interprète du DOCTEUR JIVAGO et du prince du désert Ali Ibn Kharish dans LAWRENCE D'ARABIE, a été longuement applaudi par les invités de la soirée, dont plusieurs personnalités du septième art qui ont également été distinguées.

Depuis 2006, l'association Henri-Langlois décerne chaque année ses prix dans le but de ''valoriser les oeuvres et ceux qui ont fait, font et feront le cinéma''. Henri Langlois (1914-1977), l'un des fondateurs de la Cinémathèque française en 1936, fut l'un des pionniers de la conservation et de la restauration des films.

Euzhan Palcy, la réalisatrice martiniquaise de RUE CASES-NEGRES (1983), a également reçu une ovation debout de la salle, quand l'acteur François Cluzet lui a remis un des prix de la soirée. Les réalisatrices Agnès Jaoui (dont le prochain film, AU BOUT DU CONTE, sort le 6 mars) et Alice Winocour (AUGUSTINE), les réalisateurs Edouard Molinaro (pour l'ensemble de son oeuvre), Rémi Bezançon (pour son dessin animé ZARAFA) et Patrick Mille (pour son premier film MAUVAISE FILLE), la comédienne Catherine Frot (pour LES SAVEURS DU PALAIS) et le compositeur Jean-Claude Petit (CYRANO DE BERGERAC, LE HUSSARD SUR LE TOIT) ont également été récompensés lors de cette soirée à laquelle assistaient également Carole Bouquet, Elizabeth Bourgine, Corinne Touzet, Valérie Mairesse et Christine Boisson. Danièle Delorme, distinguée par un prix récompensant ''une grande famille du cinéma'', était absente mais c'est son petit-fils Hugo Gélin, réalisateur récemment de COMME DES FRERES, qui est venu recevoir le prix à sa place.

Plusieurs prix francophones ont également été attribués à des artistes africains, notamment le réalisateur et producteur mauritanien Abderrahmane Sissako, débarqué l'après-midi de son pays, et qui a salué la libération, par l'armée française, des villes maliennes de Gao et Tombouctou qui étaient aux mains des fondamentalistes islamistes: il a dédié son prix au pilote français d'hélicoptère mort lors d'une des premières opérations militaires le 11 janvier dernier.

Enfin le producteur Axel Brücker, grande figure du cinéma d'art et essai et organisateur de festivals de bandes-annonces, a lui aussi été distingué et s'est taillé un franc succès auprès du public en présentant deux bandes-annonces très drôles et très applaudies (voir ci-dessous): celle du film de Jean-Luc Godard DETECTIVE (1985), réalisée par son producteur, et celle du film d'Alain Resnais ON CONNAIT LA CHANSON (1997), réalisée par Agnès Jaoui, présente dans la salle.

Jean-Michel Comte

 

Retrouvez ci-dessous les bandes-annonces de DETECTIVE et ON CONNAIT LA CHANSON: